Accueil » Défense-Sécurité » Projet d’Appui au renforcement de la sécurité intérieure au Burkina: les acteurs dressent le bilan à mi-parcours

Projet d’Appui au renforcement de la sécurité intérieure au Burkina: les acteurs dressent le bilan à mi-parcours

Le Comité de pilotage (COMPIL) du projet d’Appui au renforcement de la sécurité intérieure au Burkina Faso (PARSIB) s’est réuni le mardi 25 juillet 2017, sous la présidence de son premier responsable, Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de la Sécurité. La rencontre a porté sur le bilan des activités menées par le projet et les résultats obtenus depuis son opérationnalisation en septembre 2016.

Le président du COMPIL, Simon Compaoré a remercié tous ceux qui mis la main à la pâte pour que le projet bouge
Le président du COMPIL, Simon Compaoré a remercié tous « ceux qui mis la main à la pâte pour que les choses bougent »

Dans la présentation du chef du projet, Roberto Resmini, il ressort que le projet PARSIB est articulé autour de deux objectifs spécifiques, à savoir «Appuyer l’Etat burkinabè dans l’optimisation de ses services de sécurité intérieure dans la lutte contre le terrorisme, dans le respect des droits de l’homme et des valeurs démocratiques» et «contribuer à la préparation de la réforme du secteur de la sécurité». Au nombre des activités réalisées, M. Resmini a indiqué que dans le domaine de la gestion de crise, le PARSIB a appuyé la mise en place d’un commandement intégré, la formation de formateurs et des acteurs à la crise, la réalisation d’exercices de simulation multidisciplinaires… Et ce n’est pas tout, à en croire le chef de projet. «Le PARSIB a également soutenu la mise en place d’une réserve mixte d’intervention d’unités non spécialisées (ABT) composée de 132 gendarmes et policiers. Il y a aussi la formation spécialisée de cette réserve ABT, sa dotation en 4 véhicules Jeep et l’appui en matériel de dotations individuelles et collectives dont le marché a été conclu et les contrats signés les 8 et 9 juin 2017», a ajouté Roberto Resmini.

M. Roberto Resmini, chef du projet
M. Roberto Resmini, chef du projet

Le volet communication n’a pas été occulté par le projet. En effet, les services de communication du ministère en charge de la Sécurité et des services de sécurité ont été formés à la rédaction de plan de communication et en communication de crise. En outre, la création des sites internet du ministère de la Sécurité et de la Police nationale sont à mettre à l’actif du PARSIB.

Photo de famille du comité de pilotage du projet avec, au milieu le ministre d'Etat Simon Comùpaoré
Photo de famille du comité de pilotage du projet avec, au milieu, le ministre d’Etat, Simon Compaoré

En termes de perspectives, le PARSIB a marqué son accord pour apporter son appui financier, technique au Forum national sur la sécurité prévu en septembre prochain. Le projet prévoit aussi, la réalisation d’un voyage d’étude sur la gestion de crise et l’équipement d’un Poste médical avancé.

Le président du COMPIL, Simon Compaoré, s’est dit satisfait du bilan dressé. «Globalement le projet a avancé et je voulais saluer positivement cette avancée qui démontre que nos différentes concertations ont porté fruits. Merci à ceux qui ont mis la main à la pâte pour que les choses bougent», s’est réjoui le ministre d’Etat.

Le projet d’Appui à la sécurité intérieure du Burkina Faso qui a débuté en septembre 2016 prend fin en mars 2018. Il est financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par CTB, Agence belge de développement (avec un appui de la Police Fédérale Belge). Son objectif est de contribuer à la stabilisation du Burkina Faso en appuyant le secteur de la sécurité intérieure et en optimisant les forces de sécurité intérieure.

La Direction de la communication et de la presse ministérielle du ministère de la Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *