Accueil » Société » Projet de code électoral sur le renouvellement du Conseil national de jeunesse: la CRJ-C marque sa désapprobation

Projet de code électoral sur le renouvellement du Conseil national de jeunesse: la CRJ-C marque sa désapprobation

L’ensemble des leaders et des mouvements des associations de jeunesse a tenu samedi, sa session extraordinaire pour réfléchir autour des nouveaux textes devant régir le fonctionnement du Conseil national de la jeunesse et de ses démembrements. Après avoir parcouru le projet de code électoral élaboré par une Commission technique, ils ont, dans la même journée, animé une conférence de presse au cours de laquelle ledit projet a été rejeté parce que de leur avis, il n’est pas conforme à la règlementation.

Le présidium lors de la conférence de presse
Le présidium lors de la conférence de presse

Quelques mois environ avant l’organisation des élections devant permettre le renouvellement du Conseil national de la jeunesse du Burkina (CNJ-BF), l’ensemble des leaders et des mouvements des associations de jeunesse a rejeté le projet de code électoral élaboré par la commission technique. «Ce projet n’est pas tout à fait conforme à la règlementation», a déclaré le président du Conseil régional de la jeunesse du Centre (CRJ-C), Serge Compaoré.

De son avis, des éléments inscrits dans ce code ne permettent ni une bonne réorganisation des structures, ni une mise en place de celles-ci à travers les provinces, les régions et les communes. Selon ses explications, ce code prévoit que la mise en place des différentes structures de la jeunesse doit commencer dans les communes, provinces et régions avant d’aboutir à la mise en place du Conseil national de la jeunesse. «Ce que nous trouvons trop lourd, trop couteux et peu efficace», a certifié M. Compaoré.

Serge Compaoré le président du conseil régional du Centre
Serge Compaoré, le président du Conseil régional du Centre

Egalement, poursuit-il, la cotisation annuelle que prévoit ce nouveau projet pose problème. La preuve, les anciens textes prévoyaient 10 000 francs CFA comme cotisation annuelle alors que les nouveaux textes exigent 25000 francs CFA. Une somme qui de l’avis du président du CRJC n’est pas à la portée des associations au regard les difficultés financières qu’elles rencontrent. «Nous avons donc suggéré de reconduire les anciens textes pour faire les élections parce que si on maintient les nouveaux textes, on peut faire trois ans sans pouvoir mettre en place définitivement ces structures», foi de Serge Compaoré qui a tenu à préciser que les leaders des mouvements des associations de jeunesse ne sont pas contre la Commission. «Mais nous estimons qu’il faut revoir le processus en impliquant tout le monde car notre souhait c’est que l’on puisse organiser des élections apaisées», a-t-il conclu.

Notons que la Commission technique qui a élaboré le projet de code électoral est composée des membres du CNJ-BF, des représentants du ministère de la Jeunesse, du ministère de l’Administration territoriale (Direction des libertés publiques), d’un représentant des partenaires techniques et financiers (UNFPA).

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *