Accueil » Société » Projet de Mémorial Thomas Sankara: une campagne de mobilisation populaire de ressources à partir du 2 octobre

Projet de Mémorial Thomas Sankara: une campagne de mobilisation populaire de ressources à partir du 2 octobre

Les membres du Comité international Mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) ont annoncé la date du lancement officiel d’une campagne de mobilisation populaire tant nationale qu’internationale de ressources pour la construction d’un Mémorial en l’honneur du président Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortune. Une annonce qui a été faite à l’occasion d’une conférence de presse animée ce jeudi 14 septembre 2017 devant le bâtiment où ces derniers sont tombés le 15 octobre 1987.

Présidium lors de la conférence de presse avec le président du CIM-TS, Bernard Sanou (milieu)

Ce lancement interviendra le 2 octobre 2017 à partir de 16 heures, au cours d’une cérémonie qui se veut gigantesque avec pour cadre le stade Joseph Issouf Konombo (ex-stade municipal de Ouagadougou). Le CIM-TS entend ainsi susciter un élan d’appropriation populaire au projet du Mémorial. Un élan qui rappellera certainement la ferveur qui avait entouré la mise en œuvre du programme de l’Effort populaire d’investissement (EPI) sous le régime révolutionnaire de Thomas Sankara.

A la suite de cette cérémonie de lancement officiel, promet le reggae man Sam’s K Le Jah, des concerts seront animés avec la participation d’autres artistes dont Tiken Jah Fakoly, Didier Awadi, pour susciter la mobilisation agissante dans plusieurs contrées.

L’idée de cette sollicitation contributive populaire, le président du CIM-TS, Bernard Sanou (colonel major à la retraite) la justifie en ces termes: «Sankara était l’homme du peuple, de ce fait, tout projet pour la restauration de sa mémoire doit être populaire». D’où l’invite à l’endroit de tous les Burkinabè et de tous les peuples du monde, «à mettre la main à la poche pour la réalisation de ce gigantesque projet en la mémoire de l’un des plus grands visionnaires et Hommes d’Etat» que le Burkina Faso ait donné à l’Afrique et au monde.

De cette mobilisation populaire projetée, il est également attendu des apports matériels (matériaux de construction, ressources documentaires), pour soutenir le projet et pour enrichir le Mémorial. Déjà, annonce le président du CIM-TS, «nous voulons réaliser quelque chose d’inédit au monde». Mais le coût du projet ne sera connu qu’à partir du 16 janvier 2018, date à laquelle le jury du concours architectural livrera les résultats dudit concours.

En tant que co-porteur du projet de Mémorial, le gouvernement burkinabè a ordonné le soutien de six départements ministériels au CIM-TS. Il s’agit du ministère en charge de la Culture, de celui de l’Habitat, de celui en charge des Affaires étrangères, de celui des Finances, de celui de la Communication et de celui en charge de l’Enseignement supérieur.

Durant tout le mois d’octobre, il y aura une série d’activités pour honorer la mémoire de grands révolutionnaires: le 6 octobre, interviendra la commémoration du centenaire de l’avènement de la Révolution russe; le 9 octobre verra la commémoration du cinquantenaire de l’assassinat de Che Guevara; et le 15 octobre 2017 sera consacrée à la commémoration du trentenaire de l’assassinat de Sankara et de ses compagnons. En sus, un colloque international initié par le Balai citoyen et axé sur l’héritage de Thomas Sankara est annoncé pour se tenir les 26 et 27 octobre à Ouagadougou.

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *