Accueil » Société » Promotion civique: l’Amicale des anciens enfants de troupe veut apporter sa contribution

Promotion civique: l’Amicale des anciens enfants de troupe veut apporter sa contribution

Du 27 au 29 juillet 2018, Ouagadougou va abriter la première édition des 72h de l’Amicale des anciens enfants de troupe du Burkina Faso (AET). Le jeudi 26 juillet 2018, la Directrice générale de la promotion civique, marraine de cette édition,  représentée par Armand Héma, a présidé la cérémonie d’ouverture de la première édition.

Photo des membres du bureau de l’AET

L’Amicale des anciens enfants de troupe est une association apolitique internationale à but non lucratif qui regroupe l’ensemble des élèves qui sont passés par le Prytanée militaire du Kadiogo (PMK) (nationaux comme étrangers) et les autres écoles sœurs depuis 1951. Placée sous la coupe d’un bureau exécutif national présidé par le colonel-major Wenceslas Hien, cette association mène depuis plus d’une dizaine d’années des activités de tout genre. C’est dans cette dynamique qu’elle a décidé, cette année, d’organiser la première édition de ses 72h.

Bien plus qu’un cadre de communion entre AET et d’expression des AET, ces journées, renseigne le président de la section estudiantine, François Doulkom, sont une tribune d’échanges constructifs. Elles sont aussi un forum auquel sont appelés l’ensemble des jeunes du Burkina Faso, à apprendre de l’expérience de leurs pairs et aînés, pour pouvoir assumer pleinement leur rôle de fer de lance de développement du Burkina.

Depuis un certain temps, le Burkina Faso fait face à des troubles socio-politiques, à la persistance des actes d’incivisme, de l’extrémisme violent et le terrorisme. «Nous avons constaté dans tous les domaines qu’il y a de plus en plus de revendications qui ne sont pas forcément fondées. L’autorité publique n’est pas respectée. La jeunesse souffre de chômage…», a relevé le président de l’AET.

Convaincus que la médecine, à ses maux les plus affligeants se trouve davantage l’attitude concrète de l’individu au quotidien que dans la lointaine abstraction dans laquelle il tend à tort à l’y rechercher, l’association a décidé de placer la première édition de ses 72h sous le thème «Contribution de l’ancien enfant de troupe pour une jeunesse civique et entreprenante».

Un thème judicieux, à entendre le président du Bureau exécutif national, le colonel-major Wenceslas Hien, car découlant de son actualité et de l’impact substantiel que révèle son appréhension et son étude pratique sur le quotidien des burkinabè.

Ainsi, plusieurs activités sont prévues au cours de ces 72h. Il s’agit, entre autres, d’une conférence sur le civisme et l’entreprenariat qui sera développée, selon le président Doulkom, par des jeunes entrepreneurs. L’objectif de ces activités vise à éveiller les consciences des jeunes afin qu’ils comprennent que l’Etat ne peut pas enrôler tout le monde. «Nous devons prendre des initiatives personnelles en vue de lutter contre le chômage», a dit le président. En plus de cela, il est aussi prévu une conférence sur «l’extrémisme violent, rôle de la jeunesse» qui sera animée par un expert dans le domaine et par les éléments de l’Unité spéciale de la gendarmerie.

Un don de vivres au CHU Yalgado Ouédraogo suivi d’un don de sang au Centre national de transfusion sanguine sont également au programme.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *