Accueil » Gouvernance - Développement » Promotion du secteur minier dans l’espace CEDEAO: la Fédération des Chambres des mines fait son bilan

Promotion du secteur minier dans l’espace CEDEAO: la Fédération des Chambres des mines fait son bilan

Après Abuja au Nigéria en juillet dernier, c’est au tour du Pays des Hommes intègres d’accueillir la deuxième session de l’Assemblée générale de la Fédération des Chambres des mines de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Placée sous la présidence du ministre des Mines et des Carrières, la cérémonie d’ouverture a eu lieu le mercredi 27 septembre 2017 à Ouagadougou.

Kwamé Addo Kufuor, président de la Fédération
Le présidium lors de l’ouverture des travaux

Dans le but de promouvoir le secteur minier dans l’espace CEDEAO, les Chambres des mines du Burkina, du Ghana, de la Guinée et du Nigéria ont décidé d’unir leurs ambitions communes et de mutualiser leurs moyens autour d’une organisation faîtière qu’est la Fédération des Chambres des mines de la CEDEAO.

Lancée officiellement en novembre 2016 à Accra, la Fédération s’est fixée pour mission, de faire le plaidoyer pour des politiques efficaces de promotion de l’exploitation minière durable et responsable et d’utiliser les ressources et les capacités des membres pour servir les besoins de ses parties prenantes dans les communautés. Pour atteindre ces objectifs, la Fédération tient au moins une fois par semestre, une Assemblée générale au cours de laquelle elle dresse le bilan de ses activités passées et propose des perspectives pour l’atteinte de meilleurs résultats.

Après le Nigeria en juillet dernier, c’est au tour du Burkina Faso d’abriter cette deuxième Assemblée générale qui va offrir l’occasion aux participants selon le président de la Fédération, Kwamé Addo Kufuor, de revoir et de travailler sur les structures et les objectifs de la Fédération, qui sont de faire du plaidoyer partout en Afrique de l’Ouest pour le bien-être des industries minières. «Il ne fait aucun doute que les défis de la sous-région sont les mêmes et il y a lieu de travailler et de relever ces défis», a-t-il soutenu.

Tidiane Barry, président de la Chambre des mines du Burkina
Le ministre des Mines  et des Carrières, Oumarou Idani, a présidé l’ouverture de l’Assemblée générale de la Fédération des Chambres des mines de la CEDEAO

Louant cette ambition qui vise l’émergence d’une industrie minière harmonisée et bien structurée, le ministre des Mines et des Carrières du Burkina, Oumarou Idani, s’est réjoui de constater qu’en moins d’une année, la Fédération a parcouru du chemin, même s’il reconnaît que des efforts restent encore à faire. A titre illustratif, il a cité la mise en place des organes de direction dont le Conseil exécutif au sein duquel le directeur exécutif de la Chambre des mines du Burkina occupe le poste de trésorier. La Fédération a également fait un important travail de lobbying de coopération de nouveaux membres qui a porté ses fruits avec l’adhésion de la Chambre des mines de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Sénégal. «Tout cela va renforcer notre jeune institution et lui permettre de jouer pleinement son rôle en tant que force de proposition pour les politiques minières dans l’espace de la CEDEAO», a certifié le président de la Chambre des mines du Burkina, Tidiane Barry.

Il faut noter que cette Assemblée générale se tient à la veille de l’organisation de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO). A entendre Tidiane Barry, le choix de la période pour cette session n’est pas fortuit. «Nous avons pensé que placer cette session à cette date permettrait aux pays invités de prendre part à la SAMAO et de partager leurs expériences avec les pays frères», a-t-il révélé.

Tout en souhaitant que cette Assemblée générale atteigne les objectifs qu’elle s’est fixée et qu’elle soit un tournant important pour le développement de la Fédération, le ministre des Mines et des Carrières a invité les participants à prendre part à la SAMAO, ce qui de son avis va lui donner un éclat particulier avec les différentes contributions à la fois intellectuelle et pratique.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *