Accueil » L’impertinent » Prudencia, prudencia, prudencia…

Prudencia, prudencia, prudencia…

Cette scène s’est déroulée le samedi dernier sur l’avenue Houari Boumediene à Ouagadougou. Les ‘’connaisseurs’’ de Ouaga peuvent aisément voir là où l’accident est survenu. L’automobiliste voulait aller stationner à gauche, lorsqu’un petit ‘’imprudent’’ à moto comme en en voit à Ouaga est venu le percuter à l’arrière. Il a donc stoppé sa manœuvre pour voir ce qui venait de se produire.

Une  »accolade » en pleine chaussée entre une voiture et un taxi-moto

Malheureusement, il a bloqué la route à une demoiselle qui arrivait sur un ‘’couscousteur’’ (c’est comme ça que les dames, épouses de maris capables, appellent les scooteurs) suivie d’un tricycle. Le conducteur du taxi-moto, sachant qu’il a un défaut de freinage, a encouragé la motocycliste à ne pas s’arrêter: «cenge, cenge», l’entendait-on hurler en mooré. Elle ne s’est pas arrêtée et est passée effectivement. Mais le conducteur n’a pas pu éviter le véhicule.

Sur ces entrefaites, la demoiselle a poursuivi sa route, laissant l’automobiliste et son antagoniste se disputer les circonstances de l’accident et les torts. Par magie, le motocycliste, qui est en réalité à la base de l’accident, a ramassé ses cliques et ses claques et a profité du désordre pour s’évaporer, puisque sa monture n’est pas endommagée. A quelques mètres de là, le fort ralentissement de la circulation suite à cet accident a provoqué un autre choc.

Cette situation commande quelques leçons à tirer:

  • Il faut éviter de suivre de trop près un usager de la route;
  • Il faut avoir ses outils de freinage en situation de fonctionner normalement;
  • Aller à une vitesse qui permette de maîtriser son engin en cas de nécessité absolue;
  • Etre tolérant et patient, quand bien même on a la priorité;
  • Etre vigilant.

Les spécialistes pourront ajouter d’autres infractions.

L’inobservance de toutes ces mesures a participé à la survenue de cet accident qui, il faut le reconnaître, a donné plus de frayeurs que de mal. Car, l’automobiliste n’a eu que ses deux portières froissées. Il pouvait aussi avoir les vitres des portières brisées. Le tricycle, qui transportait des frigos neufs, n’a pas déversé son contenu. Ce qui aurait été encore plus dramatique car en plus de refaire les portières du véhicule, il aurait également à dédommager le propriétaire de la marchandise. Il s’en tire donc à peu de frais.

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *