Accueil » Que devient? » Que devient le Centre de production SND de Kadro?

Que devient le Centre de production SND de Kadro?

Beaucoup d'adultes burkinabè y ont laissé des souvenirs de jeunesse
Beaucoup d’adultes burkinabè y ont laissé des souvenirs de jeunesse
Voici ce que devient le Centre de production du Service national populaire de Kadro
Voici ce que devient le Centre de production du Service national pour le développement de Kadro

Pendant la période de la Révolution démocratique et populaire (RDP) du Conseil national de la Révolution (RDP), un service national appelé Service national populaire (Sernapo puis SNP) a été institué. Il s’agissait pour les jeunes gens (diplômés ou non) d’assurer 12 mois de service national civique.

Des souvenirs ensevelis par des arbres et des herbes.
Des souvenirs ensevelis par des arbres et des herbes.

Pour les diplômés en fin d’études qui devaient intégrer l’administration, ils effectuaient trois mois de formation militaire et neuf mois de production dans les services moyennant un pécule à la place du salaire.

Pour les non diplômés, il fallait également faire les trois mois de formation militaire mais rejoindre après les centres de production agricole pour mener des activités.

Les dortoirs sont méconnaissables
Les dortoirs sont méconnaissables

C’est ainsi que les Zêdess ont fait leur formation à Nassau et ensuite la production à Bobo comme enseignant. C’est un exemple. Gomtibo, après sa formation à Loumbila, a été envoyé à Kadro (commune de Guiaro, province du Nahouri, région du Centre-Sud) où il a appris à mener des activités agricoles.

 

Sauf erreur ou omission, il y avait les centres de production de Badala (Dédougou), du PK 52 (Fada) et de Kadro (Pô). Chacun pourra réviser… ses souvenirs.

Aujourd’hui, le SNP est devenu le SND (… pour le Développement) sous une autre formule.

Les espaces que vous voyez recouverts d’arbres et de broussailles étaient jadis des cours, des champs et autres. Des hectares à perte de vue.

De nos jours, seul un poste forestier y est logé car c’est devenu un couloir de passage pour éléphants. A certaines heures de la journée, la route est ‘’barrée’’ car les pachydermes font leur va-et-vient nonchalants.

Hidogo

Un commentaire

  1. Bougasse Tarboundo

    Kadro est devenu ruines et larmes,pour ma part l’État devrait revoir ce genre d’initiative pour non seulement occupé les jeunes pour qu’il se sentent utiles à la nation.c’est la pauvreté qui fait monté la haine et l’incivisme au Burkina. L’État se doit de répartir de manière équitable les retombées économiques à toutes les différentes couches sociale du Burkina. Si tous ces centres était réhabilité,imaginé combien de jeunes allaient quitté les kiosques des alcools frelaté, la délinquance, l’appât du gain facile pour se responsabilisé et construire un Faso plus meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *