Accueil » Que devient? » Que devient Nabaloum Dramane dit Boum-Boum?

Que devient Nabaloum Dramane dit Boum-Boum?

La vie est pleine de surprises, qu’elles soient agréables où désagréables et c’est dans les moments difficiles que l’on reconnaît ses vrais amis, a-t-on coutume de dire. Nabaloum Dramane dit Boum-Boum, l’ex-champion de boxe d’Afrique ne dira pas le contraire. Lui qui a connu les honneurs, qui a été au sommet de la gloire, qui était connu dans le monde entier, est aujourd’hui dans les oubliettes. Si bien qu’on se pose la question de savoir ce que devient le triple champion d’Afrique, Nabaloum Dramane, surnommé Boum-Boum par les Burkinabè?

Il subvient difficilement aux besoins de sa famille et compte sur les bonnes volontés
Il subvient difficilement aux besoins de sa famille et compte sur les bonnes volontés

Nabaloum Dramane est né en Côte d’Ivoire où il a commencé la boxe en 1981 à l’âge de 11 ans. Son père, raconte-t-il, était au début contre le fait qu’il devienne boxeur et l’avait sommé d’évoluer dans la mécanique. Mais Boum-Boum avait la boxe dans le sang et a décidé, malgré les réticences de son géniteur, de poursuivre et de réaliser son rêve, celui de devenir un grand boxeur professionnel. Ce rêve va se concrétiser plus tard, au grand plaisir de son père qui, après avoir été convaincu par les talents de son fils, a décidé de l’encourager.
C’est ainsi que le triple champion d’Afrique de la boxe catégorie poids plume s’est fait un nom dans l’histoire de la boxe africaine et, du même coup, à redorer l’image du Burkina Faso dans toute l’Afrique et dans le monde entier.
Mais après toutes ces années de gloire, l’ex-champion d’Afrique catégorie poids plume et champion international WBC vit difficilement aujourd’hui avec ce qu’il gagne au ministère des Sports comme mécanicien. Pour lui, peut-être que c’est un moyen que l’Etat a trouvé pour l’intégrer comme fonctionnaire au sein de ce département ministériel. Mais c’est juste pour la «forme», dit-il, car il ne s’occupe que des petits travaux comme les crevaisons. Il dit subvenir difficilement aux besoins de sa famille, surtout avec la scolarité de ses deux enfants.

Boum-Boum vit aujourd'hui en tant que mécanicien au ministère des Sports
Boum-Boum vit aujourd’hui en tant que mécanicien au ministère des Sports

Boum-Boum, marié et âgé de 40 ans, accuse les responsables de la Fédération burkinabè de boxe de l’ignorer royalement après ses adieux à la boxe professionnelle. L’ex-champion dit qu’on lui avait promis après son retrait de la boxe professionnelle de lui ouvrir une école de boxe. Ce qui, pour lui, est resté au stade de promesse. «C’est comme si je n’avais jamais existé, le pire c’est ça. Les gens sont étonnés de me voir. Ils se demandent ce qui m’est arrivé», a-t-il déploré.
Le domaine du sport étant le milieu où il se sent à l’aise, Boum-Boum espère que le nouveau ministre des Sports va se pencher sur sa situation en l’aidant à trouver quelque chose qui cadre avec ce qu’il sait faire.
IL faut également savoir que quand il n’est pas au travail, Nabaloum Dramane passe son temps avec sa famille. Etant le muezzin de son quartier, il se rend à la mosquée tous les jours à 4h du matin pour inviter les fidèles musulmans à se lever pour la prière.

Au temps de la gloire!
                   Au temps de la gloire!

Des dates et des faits
28 janvier 1994, championnat d’Afrique poids plume. Nabaloum met KO Joe Orewa du Nigéria à la 6ème reprise.
4 août 1994. Il défend son titre contre David Amstrong du Togo. Il le bat par KO à la 2ème reprise.
19 février 1995. Il défend son titre de champion d’Afrique pour la deuxième fois face au Nigérian Sunday Okoly qu’il gagne par arrêt de l’arbitre à la 8ème reprise.
Il s’attaque au championnat international WBC.
Le 27 avril 1996, il dispute son premier combat contre Nelson Medina du Venezuela et le bat à la 6ème reprise par jet d’éponge.
15 février 1997, le titre est remis en jeu. Nabaloum boxe contre Hvicha Hydrian de la Russie et gagne aux points.
25 avril 1998. Deuxième défense du titre contre Pougadchev Maxim de la Russie, qu’il gagne à la 3ème reprise par abandon.
22 mai 1999, pour la 3ème défense, il est battu par Istan Kovacs aux points à Budapest en Hongrie.
Madina Belemviré

3 commentaires

  1. CHARLES AIME COULIBALY

    c’est sa la triste réalité!!!vivement que le gouvernement de SEM Rock Kaboré se rappel de lui

  2. C’edt triste mais c’est sa le sport, est ce que vous entendez parler de Pafadnam Issa un cycliste de renommé , le toure du faso etait devenu son jeu jusqu’à ce qu’on l’achète Belgique et de labas il n’a plus mi pied sur la pédale soit disant qu’il était malade et on l’avait mi dans des travaux comme tu sais faire quoi ? Depuis lors je n’ai plus les nouvelles de ce grd monsieur du cyclidme burkinabè.

  3. Dans l’histoire de Boum Boum, il ne faut pas oublier un homme, KRIGAR Sigmund, un allemand qui vivait au Burkina. Ce Monsieur a été d’un grand apport dans sa carrière avant que l’État ne le prenne en charge juste avant le premier championnat d’Afrique qu’il a remporté. Cet Allemand, très généreux, aujourd’hui décédé, payait de sa poche l’entraineur burkinabè chargé d’entrainer Nabaloum Dramane qui, pratiquement, résidait chez Krigar. Ceux qui on connu KRIGAR AFRIKA doivent s’en souvenir. Cet entraineur local a été remplacé par Monsieur MAHE quelques temps avant le championnat. Rendons à César ce qui est à César.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *