Accueil » Nè Wendé » Qui est con?

Qui est con?

Lorsque nous étions tout-petits, nous aidions nos mamans à garder les bébés. Au champ, c’est nous qui nous occupions d’eux, pendant que les parents et les plus grands travaillent. Ayant atteint l’âge d’aller à l’école, pendant les vacances, c’est nous qui gardions le troupeau ou s’occupions des quelques têtes du bétail. Nè Wendé!

Nous apprenions à allumer un feu pour griller le maïs. Nous apprenions également à bouillir le maïs ou les patates au pâturage, lorsque nous gardions le bétail. Bouviers, nous apprenions à cuisiner les poulets morts qu’on nous refilait. Nous demandions le sel et le soumbala à nos mamans pour assaisonner ces petits mets préparés dans des boîtes. Nè Wendé!

Les filles aidaient leurs mères dans les travaux domestiques et champêtres. Nous, nous savions ce que c’est qu’un père, une mère, un oncle, une tante, un frère, une sœur, une personne plus âgée que soi. Nous savions ce que c’est qu’une famille, un village, un pays. Nous nous socialisions. Nè Wendé!

Nous apprenions à devenir de bons citoyens. Nous apprenions à devenir des Hommes. Nous étions corvéables et maniables à souhait. Mais ce n’était pas un travail des enfants. Nè Wendé!

Devenus encore plus grands, nous avions du respect et de l’amour pour notre prochain, pour l’autorité, pour la hiérarchie, pour le bien  commun, pour les symboles de sa patrie. L’éducation formait déjà les futurs héritiers à la gestion de l’héritage, du patrimoine. Nè Wendé!

Beaucoup de nos camarades devenus fonctionnaires à la ville ou à la campagne ont servi le pays avec dévouement, construit leur avenir et se sont réalisés dans la vie. Nè Wendé!

Mais aujourd’hui, nous ne pouvons plus éduquer nos enfants comme nous avons reçu nous-mêmes notre éducation. La civilisation occidentale nous a dit que l’enfant a des droits. Il ne doit rien faire d’autre que d’aller à l’école moderne, celle du Blanc. Oubliant que les générations passées ont reçu leur éducation simultanément au foyer, dans le village et à l’école du Blanc. Ils ont allié la méthode rude qui forme et socialise à la méthode soft qui ouvre l’esprit vers le monde extérieur. Nè Wendé!

De nos jours, la jeunesse manque de repères. Elle n’en veut même pas car elle ne sait pas qui elle est et où elle veut aller. Elle n’est pas sociable. Elle est irrévérencieuse. Egoïste, elle sape les fondements de l’éducation populaire, celle qui permettait d’apprendre beaucoup de choses et de beaucoup de maîtres que les seuls enseignants. Nè Wendé!

Et lorsqu’on dit à un enfant qu’il a des droits, qu’il ne doit pas travailler au champ en aidant les parents, en apprenant à distinguer une mauvaise herbe de la plante, lorsqu’on lui dit que son maître ne doit pas le punir afin de l’aider à apprendre, on crée un être incivique, cupide dans le meilleurs des cas. Sinon c’est un criminel en puissance. Nè Wendé!

De nos jours, on dirait de nous que c’est le travail des enfants. Ailleurs, lorsqu’un enfant fait des prodiges, on dit qu’il est un génie. Qui est con? Nè Wendé!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *