Accueil » Politique » Réflexion sur la relance économique du Burkina Faso: la CODER veut apporter sa contribution

Réflexion sur la relance économique du Burkina Faso: la CODER veut apporter sa contribution

La Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) veut apporter sa contribution à la réflexion sur la relance économique du Burkina Faso. Elle a organisé à cet effet à Bobo-Dioulasso le samedi 1er Juillet 2017, un panel sur la relance économique du Burkina Faso autour du thème, «relance économique au Burkina Faso: pour une véritable transformation structurelle de l’économie burkinabè».

Le présidium à l’ouverture du panel
Le présidium à l’ouverture du panel

En organisant ce panel, la CODER veut apporter sa contribution active et substantielle à la réflexion nationale devant conduire à la relance économique du Burkina Faso qui depuis les évènements des 30 et 31 octobre 2014 est au ralentit selon le président de la CODER Rasmané Ouédraogo. «En tant qu’une force politique et sociale engagée pour la construction du pays», la CODER selon lui, ne peut rester indifférente face à une telle situation. D’où ce panel pour apporter sa contribution au débat sur la relance économique du pays.

Les participants au panel
Les participants au panel

Cadre d’échange, ce panel a permis aux participants de diagnostiquer les maux qui entravent l’envole de l’économie du pays tant au plan régional que national. Ainsi, les communications ont essentiellement porté sur l’évolution de la situation économique et sociale du Burkina Faso. Toute chose qui a permis aux participants de faire le point des potentialités économiques du pays, d’identifier les contraintes qui entravent l’essor de l’économie et de suggérer des perspectives de développement.

En décidant de tenir le panel à Bobo-Dioulasso, les responsables de la CODER disent vouloir faire passer un message fort. «Bobo-Dioulasso étant la capitale économique, c’est elle qui devrait tirer le moteur de l’économie burkinabè. Malheureusement, la ville est toujours à la traine alors que nous savons tous qu’on ne peut pas parler objectivement de relance économique sans passer par la ville de Sya. Il faut le dire. La relance économique du Burkina Faso, passera forcement par la réhabilitation économique de Bobo-Dioulasso», a-t-il signifié.

Modérateur et paneliste, Bonoudaba Dabiré a dévoilé les propositions de la CODER pour la relance économique du Burkina Faso
Modérateur et panéliste, Bonoudaba Dabiré a dévoilé les propositions de la CODER pour la relance économique du Burkina Faso
Le président de la CODER, Rasmané Ouédraogo, a indiqué que la CODER, à travers ce panel, veut apporter sa contribution à la réflexion sur la relance économique du Burkina Faso
Le président de la CODER, Rasmané Ouédraogo, a indiqué que la CODER, à travers ce panel, veut apporter sa contribution à la réflexion sur la relance économique du Burkina Faso

Des suggestions de la CODER

Comme il fallait s’y attendre, les panélistes, conformément aux objectifs du panel ont des propositions allant dans le sens de la relance économique du pays. «Il faut une véritable transformation structurelle de l’économie burkinabè. Ce qui répond à un certain nombre d’exigences à savoir une bonne gouvernance politique, administrative et locale. Mais aussi, une exigence dans le cadre des affaires et des infrastructures», a indiqué Bonoudaba Dabiré, modérateur et panéliste. Pour qu’il ait la dividende démocratique sur le plan démographique, ajoute-t-il, «il faut que la population en âge de travailler (24 à 64 ans) travaille effectivement et que cette population soit plus nombreuse que la population dépendante. Il faut donc que des efforts soient faits pour créer des emplois au profit des jeunes et aussi à les former pour inverser la tendance».

Pour les panélistes, la relance économique du Burkina Faso passe nécessairement par la lutte contre la corruption qui selon eux, est la principale gangrène de l’économie nationale. «La corruption réduit toutes les opportunités d’enclencher des affaires au Burkina Faso», a indiqué le président de la CODER qui du reste, souhaite un combat sans merci contre ce phénomène pour que l’économie burkinabè retrouve un nouveau souffle «pour le bonheur de tous».

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *