Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Régions du Plateau Central et du Centre-Est: les résultats du CEP pris en otage

Régions du Plateau Central et du Centre-Est: les résultats du CEP pris en otage

Que se passe-t-il dans les régions du Plateau Central et du Centre-Est? Pendant que les admis à l’examen du CEP dans des villes comme Ouagadougou et Ouahigouya jubilent depuis le vendredi 16 juin 2017, pendant que des parents heureux du succès de leurs enfants n’hésitent pas à publier leurs photos sur Facebook, pendant que certains admis projettent d’arroser leur premier examen, pendant ce temps, les enfants des régions du Plateau Central et du Centre-Est ne savent pas à quel saint se vouer.

Les jeunes élèves ne doivent pas être victimes des problèmes administratifs
Les jeunes élèves ne doivent pas être victimes des problèmes administratifs

Depuis le jeudi 15 juin, les corrections des épreuves ont été suspendues dans ces régions. Les enseignants et les personnes commises au travail de secrétariat exigeant le paiement des indemnités avant de continuer le traitement de tout dossier en rapport avec cet examen. Dans ces 2 régions, les enseignants s’étaient donné rendez-vous ce mardi 20 juin pour poursuivre le travail s’ils entraient en possession de leur argent. Ils ont été surpris d’entendre qu’il n’y a pas d’argent. Ils ont alors poursuivi la suspension des corrections.

Selon nos informations, il ne s’agit pas d’une indisponibilité d’argent mais d’un problème de gestion des chèques entre le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation et les services déconcentrés du Trésor public. Comment en est-on arrivé là?

L’autorité doit identifier les dysfonctionnements et prendre les décisions qui s’imposent. Il n’est pas admissible que certaines régions soient satisfaites et d’autres pas. Pendant ce temps, parents et enfants restent dans l’angoisse de l’attente.

Mais les enseignants ne sont pas exempts de reproches. Ils ont été informés de la situation mais ont préféré durcir le ton. Pourtant, ils sont conscients que cet argent sera payé. Etant donné qu’il ne s’agit pas du salaire mais des indemnités, ne pouvaient-ils pas libérer les enfants qui ont trimé pendant 9 mois pour se préparer à cet examen?

En rappel, 385.000 candidats ont pris part à l’examen du CEP cette année. Le gouvernement a procédé à la revalorisation des prises en charges des examens scolaires. La somme de 2,4 milliards de F CFA a été consacrée au CEP et au BEPC. Pour le CEP, la copie corrigée est payée à 200 F CFA contre 150 F CFA l’année passée.

A T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *