Accueil » Société » Réhabilitation de la cathédrale de Bobo: ça coince!

Réhabilitation de la cathédrale de Bobo: ça coince!

Le comité pour la réhabilitation de la Cathédrale De Lourdes de Bobo-Dioulasso a animé une conférence de presse le samedi 5 janvier 2019 à Bobo-Dioulasso. Objectif, faire le bilan de la campagne de mobilisation des fonds. C’est en 2016 que l’idée de la réhabilitation de la cathédrale de Bobo-Dioulasso a été décidée par la communauté catholique en vue de lui donner ses lustres d’antan. Pour les travaux, 700 millions de francs CFA sont nécessaires. Ainsi, une campagne de mobilisation (contributions volontaires) des fonds a été lancée.

Les principaux animateurs de la conférence de presse

Plus de 2 ans après, qu’en est-il? C’est pour donc répondre à cette interrogation que le comité pour la réhabilitation de la Cathédrale a animé ce point de presse en vue de faire le bilan de la campagne de collecte des fonds.

De ce bilan, il ressort qu’à la date du samedi 5 janvier 2019, seulement 150 millions de FCFA, soit 21% du budget, ont été mobilisés et ce, à travers diverses activités comme les ventes des pagnes, un diner gala organisé à cet effet, des dons divers, l’initiative «24 heures pour ma Cathédrale» initiée par l’Association catholique des chorales de Bobo-Dioulasso.

Monseigneur Paul Ouédraogo appelle les chrétiens ainsi que les bonnes volontés à une contribution

Pour Monseigneur Paul Ouédraogo, ce montant ne permet pas le démarrage des travaux de réhabilitation de la cathédrale. «La toiture de la cathédrale qui est le plus gros travail dans la réhabilitation a besoin à elle seule d’au moins 400 millions de francs CFA environ. Or, il n’est pas question de décoiffer la cathédrale sans avoir la certitude de pouvoir la recoiffer automatiquement» regrette-t-il.

Face à cette situation, Monseigneur Paul Ouédraogo pense que les chrétiens ainsi que toutes les autres bonnes volontés doivent consentir encore plus de sacrifices. Ainsi, il les appelle à une contribution d’au moins 1000 FCFA chacun afin de permettre à la bâtisse de regagner ses lustres d’antan.

Cheik Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *