Accueil » Société » RELIGION Une puissance de feu de passage à Ottawa

RELIGION Une puissance de feu de passage à Ottawa

Du 7 au 17 février a eu lieu à Ottawa une puissante série d’évangélisations avec un homme à la puissance de feu, le berger Romuald Sol Loza du ministère Notre Dame de l’Eucharistie de Londres.

D’une simplicité et humilité désarmante, l’homme est directement connecté au Ciel. Il a le portable personnel de Jésus-Christ et le voit au quotidien. Sa puissance de feu est extraordinaire. Il opère des miracles en direct avec une onction divine incroyable.

Le peuple canadien d’Ottawa-Gatineau a bénéficié de son onction puissante. Des guérisons du cancer et de maladies incurables ont eu lieu sous les yeux médusés des foules. Les premiers jours, la foule était timide mais au fur et à mesure des jours on se passait le mot et la salle s’emplissait davantage.

C’est cet homme à la puissance de feu que nous vous invitons à découvrir à travers cette interview.

Le berger du ministère Notre Dame de l’Eucharistie Romuald Sol Loza

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Mon nom est Romuald Sol Loza, berger du ministère Notre Dame de l’Eucharistie à Londres et en plus de cela, j’ai une formation dans le domaine du marketing et de la finance.

 Vous êtes une puissance de feu que le Seigneur utilise puissamment. Comment se sent-on d’être aussi proche de Dieu et de le voir si visiblement?

Pour tout vous dire, il n’y a pas d’endroit sur cette terre où on peut se sentir en paix où on peut vivre les bontés divines, la grâce de Dieu. Se sentir dans la présence de Dieu est une merveilleuse chose. C’est un lieu de paix, un lieu de quiétude, un lieu de sans souci. Pour tout résumer, c’est un lieu de paix et la paix est la chose la plus convoitée dans le monde.

Comment avez-vous senti votre appel?

Mon appel est venu trop tôt, très tôt depuis Abidjan avec le renouveau charismatique, puis le Moyen-séminaire, même si je ne suis pas devenu prêtre aujourd’hui. L’appel s’est senti dans la communion avec le Christ et aussi avec des confirmations par des hommes de Dieu çà et là pour aussi confirmer ce que je ressentais.

 Avez-vous eu des résistances au début? Car ce n’est pas facile un tel ministère.

Oui, beaucoup. L’œuvre de Dieu sans résistance, je ne pense pas ce que soit l’œuvre de Dieu car même Jésus-Christ a eu des résistances. Les résistances se manifestent non seulement par ton entourage immédiat qui te persécute beaucoup à cause des différentes ambitions et projets qu’ils ont sur votre vie mais au-delà de là, la conviction personnelle doit prédominer. Je suis donc resté ferme dans cette logique-là.

Comment est votre quotidien avec Jésus?

Mon quotidien avec Jésus est très fantastique. Tous les jours, nous sommes en communion dans la prière. La prière, comme la Bible le dit, veillez et priez afin de ne pas tomber en tentation. Il faut prier tous les jours et la communion se bâtit au fur et à mesure. La fidélité dans la prière de tous les jours

C’est votre 1er séjour au Canada. Comment avez-vous trouvé l’accueil des Canadiens?

Les Canadiens sont vraiment chaleureux, chaleureux avec la neige. J’ai été bien accueilli. C’est un peuple ouvert. J’ai aussi eu la grâce de rencontrer beaucoup des personnes extraordinaires dans le milieu chrétien et aussi dans la rue.

 Dieu est vivant. Vous en êtes la preuve vivante. J’ai moi-même bénéficié de votre onction. Comment se sent-on d’être aussi fortement utilisé par Jésus?

Pour être franc, je pense que c’est une grâce de Dieu, un privilège. La Bible dit dans Jacques 1 verset 17 que tout ce que nous avons reçu de bon vient du Père céleste. Je me sens vraiment honoré par le Seigneur de choisir une personne aussi insignifiante parmi tant de personnes pour recevoir ses grâces.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre ministère?

Les difficultés comme tout autre ministère c’est comment répondre aux attentes du peuple de Dieu dans le monde. C’est un peuple qui a beaucoup de besoins et d’attentes. C’est le niveau d’attente et comment on satisfait à ces demandes du peuple. Il y a beaucoup de demandes et très peu de personnes qui soient vraiment libres pour les suivre. Comme le dit Jésus, la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux. C’est la loi de l’offre et de la demande.

 Si vous aviez un message pour le peuple de Dieu au Canada, quel serait-il?

Si j’ai un message particulier pour le peuple du Canada, je crois que ce serait l’amour. Aimez-vous les uns les autres. Jésus a dit que c’est par l’amour qu’on saura que vous êtes mes disciples. Que les différents groupes de prières soient unis par l’amour et à travers l’amour on peut beaucoup construire.

Vous êtes venus dans le froid polaire canadien. Quelles sont vos impressions de ce 1er contact avec le sol canadien?

Je garde en mémoire de très bonnes impressions. Une température assez considérable. La neige n’a pas été aussi forte comparé à ce que ce que j’avais entendu avant mon arrivée. Je crois que Dieu m’a fait grâce. Le temps a et bon pour moi, le peuple aussi a été bon pour moi et les activités prévues se sont bien déroulées.

Vous annoncez un Jésus vivant et puissant qui se déploie sous nos yeux. Le monde désespéré a besoin de voir de tels prodiges Comment percevez-vous votre ministère?

Je perçois mon ministère comme étant un ministère basé sur la simplicité et surtout la disponibilité pour le peuple de Dieu. Un ministère qui va apporter de l’espoir à un peuple qui espère en Dieu, un ministère qui va rapprocher Jésus de son peuple, un ministère qui va changer la manière dont on voit Jésus qui est vivant et qui est au milieu de nous agissant.

 Notre Dame de l’Eucharistie est le nom de votre ministère. Vous avez un lien très fort avec Jésus-Eucharistie et sa présence se fait en retour vivante pour vous et le peuple de DIEU. Quel est votre message pour l’Église d’aujourd’hui?

L’église d’aujourd’hui, Jésus-Christ a dit : «Je m’en vais mais je ne vous laisserai pas orphelins. Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps» et aujourd’hui on voit que Jésus-Christ est présent au travers de l’eucharistie et pour moi l’eucharistie c’est la source de toutes choses et si on développe notre dévotion avec Jésus-Eucharistie la présence divine va se déployer, transformer et amener beaucoup de personnes à considérer leurs relations avec Dieu amener une grande conversion.

C’est maintenant que vous avez été révélé dans votre propre pays la Côte d’Ivoire. Quel a été l’accueil et quels souvenirs en gardez-vous?

Effectivement, les hommes de Dieu de la Côte d’Ivoire me connaissaient mais j’étais beaucoup réservé et caché. J’ai été révélé au peuple. L’accueil a été vraiment un choc pour le peuple ivoirien de découvrir un Jésus puissant manifesté chez quelqu`un qui vient de l’Europe et qui manifeste une telle authenticité de l’esprit mais en même temps un espoir que Dieu n’a pas oublié l’Afrique car il continue de se servir des Africains pour manifester son œuvre. Il y a eu beaucoup d’espoirs qui ont vu le jour et beaucoup de jeunes ont revu leurs relations avec Dieu à travers mon modèle.

A quand un séjour au Burkina Faso?

C’est au peuple burkinabè d’en décider. On est en train de voir avec mon attaché, on est en train de travailler dans ce sens–là, puisque ma femme est d’origine burkinabè. On n’a pas oublié le Burkina Faso. Si les Burkinabè m’invitent, nous allons voir dans notre programme et faire tout pour y être.

Le monde athée de ce siècle a besoin de miracles pour croire. Vous en donnez des miracles. Que manque-t-il à notre foi pour croire vraiment?

Ce qui manque à notre foi est la connaissance de la Parole de Dieu. Le Seigneur a dit vous connaitrez la vérité et la vérité vous libérera. Il a dit aussi mon peuple périt faute de connaissances. Tout part de la connaissance. Quand nous grandissons dans la connaissance de Dieu, les miracles vont confirmer ce que la parole dit. Je crois que c’est ce qui manque et j’encourage le peuple de Dieu à grandir dans la connaissance des mystères du royaume afin de pouvoir expérimenter tout ce qui accompagne ces mystères-là.

Que diriez-vous à l’Église-famille du Burkina?

Je n’ai jamais été au Burkina mais ce que je peux dire à l’Église-famille du Burkina c’est d’encourager tous les chrétiens du Burkina à se recadrer dans leurs relations avec le Seigneur, à accroître leur connaissance dans la parole de Dieu et aussi leur dévotion à travers les sacrements de l’Église. En obéissant à cela, en vivant les sacrements que l’Église nous propose dans notre marche avec le Seigneur, je crois que Dieu va beaucoup impacter l’Église du Burkina et nous verrons beaucoup de prodiges et de miracles dans ce pays.

Votre onction est indéniable et votre simplicité aussi. D’être un canal aussi direct de Dieu, on a envie de s’enfler la tête mais vous restez simple et accessible. Quel est votre secret?

Mon secret c’est Jésus-Eucharistie. Quand vous voyez l’eucharistie, vous vous demandez comment un Dieu si puissant puisse être réduit en un simple pain, ça montre le caractère humble de Dieu. Et pour moi être simple, c’est être accessible. Dieu nous choisit pour être en contact avec son peuple et comme le dit la Parole qui s`élève sera abaissé et celui qui s’abaisse sera élevé. C’est de savoir que nous sommes de simples canaux par lesquels Dieu passe pour faire du bien à son peuple et que la puissance de la gloire est réservée à Dieu seul. Il choisit qui il veut quand il veut et c’est d’avoir toujours à l’image comme le dit Saint Paul qu’après avoir tout fait se rappeler que nous ne sommes que des serviteurs inutiles. Et cela me permet de rester simple.

Vous faites le ministère à temps plein?

Malheureusement, non. Je travaille. Je ne fais pas le ministère à temps plein pour le moment. Mais selon ce qui se projette, Dieu me prépare à le faire à temps plein. Quand le temps sera arrivé, on verra.

Un dernier mot pour nos lecteurs?

A tous ceux qui me lisent, je voudrais dire à tout un chacun de ne jamais perdre espoir. Nous avons un Dieu qui nous aime et qui est vivant et qui est concerné par notre vie de tous les jours. C’est de toujours garder la foi et l’espérance en lu et nous verrons que ce Dieu-là n’est pas une légende comme le dit mon ami et homme de Dieu Camille Élisée.

Merci.

Entretien réalisé par Angèle Bassolé, PH.D

Écrivaine et éditrice

Ottawa, Ontario, Canada

Un commentaire

  1. beaucouip de reactions sur facebook. Merci aux echos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *