Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Rencontre de haut niveau des parlementaires de la CEDEAO: pour échanger sur les questions du financement adéquat et durable de la santé…

Rencontre de haut niveau des parlementaires de la CEDEAO: pour échanger sur les questions du financement adéquat et durable de la santé…

Ce jeudi 20 juillet 2017, dans la salle de conférences de Ouaga 2000, le premier Vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, a présidé la cérémonie d’ouverture de la rencontre de haut niveau des parlementaires de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad. Durant trois jours – du 20 au 22 juillet-, il s’agira pour ces élus du peuple, représentant 17 pays, d’échanger sur le financement durable de la santé, le dividende démographique et les politiques de population.

Le présidium à l'ouverture de la rencontre de haut niveau des parlementaires  de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad
Le présidium à l’ouverture de la rencontre de haut niveau des parlementaires de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad

Avec un taux de fécondité supérieur à la moyenne du continent, l’espace CEDEAO compte aujourd’hui, plus de 335 millions d’habitats. Cette population se distingue par sa jeunesse – environ 50% de la population à moins de 19 ans -. Une frange de la population qui a besoin d’une attention particulière puisqu’elle représente l’avenir des Nations.

C’est la raison pour laquelle les chefs d’Etat et de gouvernement réunis en avril 2001 à Abuja, au Nigeria, s’étaient engagés à consacrer au moins 15% de leurs budgets nationaux au secteur de la santé. Ils ont compris qu’une population en bonne santé est un fondement au développement économique, à la résilience et à la prospérité.

Mais avec la croissance rapide de la population et les problèmes sous-jacents, les investissements de la santé se trouvent affectés, transformant ainsi la croissance rapide en un défi majeur de la population. Surtout dans un contexte où des politiques de suppression des frais imposés aux utilisateurs pour les soins de santé à travers des systèmes de couverture sanitaire universelle (CSU) ou de gratuité ciblée ont été lancées.

Les participants à la rencontre de haut niveau des parlementaires  de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad
Les participants venus de 17 pays à la rencontre de haut niveau des parlementaires de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad

S’impose donc la nécessité de renforcer l’engagement des pouvoirs politiques en faveur de la santé. C’est là où réside le mérite de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) et de l’Assemblée nationale du Burkina qui organisent avec l’appui de leurs partenaires cette rencontre de haut niveau dans l’espace CEDEAO, en prenant en compte la Mauritanie et le Tchad.

Le  Premier Vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Le Premier Vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Stanislas Sankara

Pour le premier Vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, «cette rencontre de haut niveau vise à renforcer l’engagement des parlementaires des pays de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad autour des questions du financement adéquat et durable de la santé, du Dividende démographique et des politiques de population et développement». Pour lui, il s’agit plus spécifiquement de «susciter l’accélération de la mise en œuvre de la déclaration d’Abuja, de mettre en place une coordination régionale des réseaux de champions en plaidoyer pour le financement adéquat de la santé et le dividende démographique et enfin de susciter l’engagement des parlementaires pour une meilleure prise en compte des questions qui seront abordées à cette rencontre».

Le directeur général de l'OOAS
Le directeur général de l’OOAS, Dr Xavier Crespin

Dans cette dynamique, l’Organisation ouest ofricaine de la Santé (OOAS) qui soutient pleinement cette rencontre de haut niveau des parlementaires de la  CEDEAO à travers son plan stratégique 2016-2020, s’investit en créant des opportunités pour le développement d’une population en meilleure santé et d’une main-d’œuvre qualifiée. Pour son directeur général, Dr Xavier Crespin, «au terme de ce sommet, les parlementaires de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad comptent évaluer la mise en œuvre de la déclaration d’Abuja dans l’espace CEDEAO, prendre des engagements fermes sur la question du dividende démographique et des politiques de population et développement et mettre en œuvre effectivement les recommandations et les engagements de cette rencontre.

Omar Idogo, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *