Accueil » Arts-Culture » Rentrée du droit d’auteur: les contenus nationaux au cœur des échanges

Rentrée du droit d’auteur: les contenus nationaux au cœur des échanges

La rentrée du droit d’auteur célèbre du 24 au 26 octobre 2019 à Tenkodogo dans la région du Centre-Est, sa quatrième édition. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu le jeudi 24 octobre en présence de plusieurs autorités dont la conseillère technique du gouverneur du Centre-Est, représentant le ministre de la culture, le SP du 11 décembre, les bureaux des droits d’auteur de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger et du Sénégal, des structures comme la CERAV/Afrique, la SACEM ; l’OIF, et l’UEMOA.

La présence de plusieurs autorités à l’ouverture de la quatrième édition

« Arriver à une articulation judicieuse entre les bureaux des droits d’auteur d’une part et des organismes de régulation d’autre part pour qu’enfin les quotas des œuvres d’expression nationale et africaines soient respectés ». C’est l’objectif visé par le Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) à travers la 4e rentrée du droit d’auteur. Placée donc sous le thème « Droit d’auteur et valorisation des contenus nationaux », cette édition qui se veut celle de la maturité pose les bases de la problématique de la protection et de la valorisation des contenus.

En effet, dans l’espace UEMOA, les régulateurs, renseigne le directeur général du BBDA, Wahabou Bara, ont pour mission d’accompagner la promotion culturelle des Etats assorti des quotas de diffusion de 60 à 70% pour les œuvres d’expressions nationales, africaines et internationales. « Mais dans nos programmes de télévision, dès le matin vous avez une télénovola, pareil l’après-midi, idem dans la soirée. Convenez avec moi qu’il y a un problème du respect du quota des œuvres d’expression nationale », a-t-il dénoncé.

Aussi, souligne Wahabou Bara, l’imprécision sur les œuvres d’expression nationale aux œuvres d’expressions africaines porte à confusion. Cette 4e édition permettra donc aux participants, de réfléchir à quoi donner comme définition aux œuvres nationales. « Il faut dire que c’est un contenu qui est imprécis et dans lequel on loge beaucoup d’autres choses, comme les magazines sportives, les émissions distractives qui n’ont rien à voir avec l’apport au patrimoine national », a-t-il noté. Aujourd’hui, fait remarquer M.Bara, avec le basculement au numérique, « nous sommes envahis par des programmes qui sont conçus de l’autre côté de l’occident avec des comportements qui modifient progressivement les réactions de nos différentes populations face à des phénomènes ». Et poursuit-il, « les contenus de ces programmes sont en rupture totale avec nos systèmes de cohésion, de solidarité de construction de nos richesses, de l’identité africaine de façon générale mais burkinabè de façon spécifique ».

Ces 48h de travaux permettront de son avis, de trouver une solution à cette équation. « Nous espérons que nous pourrons fédérer toutes les intelligences de l’espace UEMOA et que des recommandations fortes puissent sortir de ces échanges », a-t-il souhaité. Et la conseillère techniquedu gouverneur du Centre-Est Angéline Nikièma de renchérir : « Je souhaite qu’au sortir de ces 48h de rencontre, des solutions soient trouvées pour répondre aux besoins d’une part de valorisation de nos contenus nationaux et d’autre part à la problématique dans la gestion des droits d’auteur ».

Il faut noter que la nuit du vendredi 25 octobre a été retenu pour célébrer les meilleurs titulaires de droit d’auteur de toutes les catégories de droit assuré par le BBDA. Il s’agit de ceux qui auront emmagasinés plus de droit en terme de reproduction mécanique dans les différents filières que gère le BBDA à savoir la musique,  l’audiovisuel, la littérature, les arts graphiques et classiques et les arts dramatiques. « Au cours de cette nuit, nous essayerons de stimuler une saine émulation entre les utilisateurs de nos œuvres », a dévoilé le DG du BBDA qui a ajouté que la clôture de la rentrée du droit d’auteur sera marquée par une excursion touristique.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *