Accueil » Economie-Finances » Ressources animales et halieutiques: un salon pour promouvoir le secteur de l’élevage en 2018

Ressources animales et halieutiques: un salon pour promouvoir le secteur de l’élevage en 2018

Le salon de l’élevage aura lieu courant novembre 2018 à Ouagadougou. C’est l’information principale qui a découlé de la conférence de presse que le ministre Sommanogo Koutou, le ministre des Ressources animales et halieutiques, a animé dans la soirée du mardi 5 juin à Ouagadougou. Placé sous le thème, «place des productions agricoles et halieutiques dans le développement des bases productives et de compétitivité de l’économie nationale», ce salon vise à promouvoir le secteur de l’élevage au Burkina Faso.

Le ministre Koutou procédant à l’annonce de la tenue du salon

Ouagadougou abritera, courant novembre 2018, le tout premier salon exclusivement dédié à l’élevage. Dénommé SABEL, Salon burkinabè de l’élevage, il va contribuer à la promotion de l’élevage et à la valorisation des produits animaux et halieutiques à travers la création d’une plateforme de rencontres et d’échanges entre tous les acteurs de secteur, selon les explications du ministre des Ressources animales et halieutiques.

De plus, il va consister à identifier et à promouvoir des idées et innovations sur la base de partenariat tant au niveau national qu’international. L’objectif de ce salon n’est pas pour vendre. «Nous ne faisons pas ce salon pour vendre, mais plutôt pour exposer», a dit le ministre Koutou.

Le secteur de l’élevage au Burkina Faso est confronté à d’énormes difficultés. On peut retenir, entre autres, la pluviométrie capricieuse, les conflits entre éleveurs et agriculteurs, l’occupation anarchique des zones pastorales, la faible dotation en équipement, la non-maîtrise des chaînes de valeurs.

Il ne s’agira pas de vendre mais d’exposer, a dit le ministre des Ressources animales

Selon le ministre Sommanogo Koutou, le SABEL va booster la production alimentaire à tous les niveaux. Et c’est justement ce qui explique le thème de cette première édition, «place des productions agricoles et halieutiques dans le développement des bases productives et de compétitivité de l’économie nationale».

D’un budget de près de 600 millions de francs CFA, ce salon devrait contribuer à l’augmentation significative de la part contributive de l’élevage au PIB et à la création d’emplois. Il est attendu au SABEL 2018, des professionnels des différentes filières d’élevage, des laboratoires, des chercheurs, des universités et écoles de formation, etc. Au programme, des foires, des tables rondes de bailleurs, un forum B to B.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *