Accueil » Société » «Retrait des personnes vivant en rue»: le SYNTAS dénonce une intervention caduque et discriminante

«Retrait des personnes vivant en rue»: le SYNTAS dénonce une intervention caduque et discriminante

Le syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS) donne de la voix par rapport à la mesure dite de «retrait des personnes vivant en rue». C’est ce jeudi 26 juillet 2018, au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou, que le SYNTAS a tenu à alerter l’opinion sur l’opération de «retrait des personnes vivant en rue» et sur la gouvernance du ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille.

Le présidium avec, le SG du Syntas, M. Juste Koumara Logobana (2ème à partir de la droite, M. Badolo Jean-Baptiste, secrétaire chargé de l’éducation et de la formation syndicale (2ème à partir de la gauche)

Par la voix de son secrétaire général, le SYNTAS a, face aux femmes et hommes de médias, dénoncé l’opération dite de «retrait des personnes vivant en rue». Selon les conférenciers, cette opération est une véritable «cabale contre les personnes vivant en rue, particulièrement les enfants en situation de rue, car violant royalement les principes d’intervention en éducation spécialisée». En effet pour ces spécialistes sociales, cette intervention est caduque et vise seulement des avantages politiciens. De leur avis, cette intervention ignore carrément le protocole d’intervention en milieu ouvert, bafoue l’éthique en travail social et nie aux enfants le droit à la participation dans les domaines qui les touchent. En plus de cela, le syndicat estime que le jeu de la provocation d’une présence policière lors de cette intervention ne peut qu’engendrer des dérapages et éventuellement une escalade de la violence contre ces personnes vivant en rue. Le SYNTAS est donc plus que jamais convaincu que l’attelage tel que conçu et promu mettra à rude épreuve le mandat professionnel des travailleurs sociaux.

Selon Badolo Jean-Baptiste, secrétaire chargé de l’éducation et de la formation syndicale, cette intervention visant à réunir, sous présence policière, des enfants pour aller les parquer dans la nuit sur quatre sites est particulièrement inacceptable. Il précise qu’en tant que syndicat des travailleurs sociaux, «Pour nous c’est rompre la confiance entre le travailleur social et les enfants vivant en rue. C’est d’ailleurs déplacé le présent problème a un autre problème auquel nous feront face, car ces enfants vont développer des résistances face à cette action et ramener un autre problème social».

Les journalistes présents à la conférence de presse

Le SG du SYNTA, M. Juste Koumara Logobana, au regard de tout ce qui précède, a de vive voix dénoncé et rejeté les réponses politiques culpabilisant voire criminalisant les personnes vivant en rue dont la situation est tributaire de la mal gouvernance de notre pays. Il ajoute au passage que pour résoudre le problème, il faut s’attaquer aux causes du problème car en s’attaquant aux effets, cela reste une peine perdue puisque les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets. Par conséquent, le SG à l’occasion, a lancé une invite à l’ensemble des travailleurs du ministère à se départir de toute attitude non professionnelle. Tout en dénonçant le fait que cette opération intervient dans un contexte marqué par une volonté manifeste d’embrigader les travailleurs en les intimidant par des demandes de lettre d’explication après les grèves, le SG a tenu à féliciter et encourager les travailleurs à résister aux assauts avilissants de l’autorité. Par ailleurs, le SYNTAS prévient qu’il tiendra pour responsable l’autorité de toutes les dérives qui découleront de cette «opération».

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Un commentaire

  1. Qu’a fait ce faut syndicat par rapport à la situation des enfants de la rue? Doit-on s’asseoir et les regarder parce que vous mangez dedans? Arrêtez vous balivernes et aidez le pays à avancer. Au Sénégal on a procédé ainsi et ç’a marché. Proposez quelque chose de concret et on vous suivra dans votre démarche. Si vous ne voulez pas accompagner le gouvernement dans sa lutte salvatrice, arrêtez de braire comme des ânes qui n’ont rien d’utile à apporter aupays si ce n’est critiquer. On en a marre enfin des inutiles dans ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *