Accueil » Gouvernance - Développement » Révision du fichier électoral: à Dédougou, Christophe Dabiré donne le top départ

Révision du fichier électoral: à Dédougou, Christophe Dabiré donne le top départ

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré  a officiellement lancé ce lundi 10 février 2020 dans la salle polyvalente de Dédougou, la révision du fichier électoral pour les prochaines élections .Cette opération de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) devrait permettre de recenser 4,5 millions de Burkinabè ayant au moins 18 ans et disposant des documents requis, en vue de leur participation aux élections présidentielles et législatives du 22 novembre prochain.

Une vue des autorités politiques,réligieuses et administratives présents à cette cérémonie de lancement

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) continue de dérouler le processus devant aboutir à l’organisation des élections de 2020.En effet, l’assaut pour la carte électorale a été lancé ce lundi 10 février 2020, à la salle polyvalente de la ville de Dédougou .Et c’est sous la présidence du premier ministre Christophe Marie Joseph Dabiré que cette cérémonie s’est déroulée sous l’œil avisé des autorités coutumières, religieuses et administratives de la région de la boucle du Mouhoun.

«Au nom de sa majesté le chef de Dédougou, bien venu dans la cité de bankoui .et pour l’occasion , sa majesté formule les vœux de santé, de paix et de prospérité à toutes et à tous», à formuler le porte-parole du chef de canton de Dédougou qui n’a pas manqué d’invoquer les mânes de ses ancêtres pour cette opération ait du succès. Pour son mot de bienvenue, le gouverneur de la boucle du Mouhoun, Edgard Sié Sou a laissé entendre que le choix de sa région pour abriter cet événement d’intérêt national  est une haute considération , et pour la reussite de cette opération ,« excellence , pour votre présence marque votre premier séjour dans le grenier du Faso depuis votre prise de fonction, nous ne ménagerons aucun effort pour accompagner le processus», a rassurer M. Edgard  Sié Sou, gouverneur de la région de la dite région.

Le Premier ministe donne le top départ

Quant au  représentant de la société civil, charcles Marie Sorgho, l’opération fait face à deux défis majeurs que sont, le contexte sécuritaire, et le vote de la diaspora. Et son succès pour lui, sera une démonstration à ceux qui penserons que « seul les burkinabé de l’intérieur ont le droit de vote, et que ce qui massacre le peuple ne pourront nullement empêcher l’émergence démocratique du pays des hommes intègre ». La société civile  se dit alors engager à accompagner cette opération qu’elle salut par ailleurs au passage.

« Reprendre, le processus d’enrôlement de la diaspora », est l’une des doléances posée par le représentant de l’opposition politique burkinabè, Amadou Diemdoda Dicko présent à cette cérémonie qui a aussi demandé   au gouvernement de bien vouloir axer la question des votes de la diaspora a un dialogue social et inclusif. «Au jeunes, je leur demande de se faire massivement enrôlé », a lancé M. Dicko. Pour la majorité, l’occasion est de féliciter les FDS, tout en s’inclinant sur la mémoire des victimes. «La question de développement et de l’électorat nous concerne tous. Il n’a y a pas donc de spectateurs, nous sommes tous acteurs. Le gouvernement demande donc la participation et l’accompagnement du processus à partir de ce 10 Février, jusqu’à sa fin», a demandé son représentant, M. Yenibé Kadenga.

Le Président de la CENI, Newton Ahmed BARRY

Tous ont relevé l’importance de ces élections dans l’édification de notre démocratie et de l’Etat de droit. Ils ont invité chaque Burkinabè, à s’impliquer dans le processus électoral, à travers une inscription ou une réinscription sur la liste électorale. Pour cela, il faudra disposer des documents exigés à cet effet que sont la Carte Nationale d’Identité ou le passeport.

Même sonne de cloche pour le président de la CENI, Newton Ahmed BARRY qui indique que cette opération est une ultime occasion offerte aux Burkinabè désireux de participer à ces élections. «Pas de temps à perdre pour l’inscription, quelques cinq minutes devant les opérateurs de kits suffisent pour obtenir le précieux sésame», a-t-il précisé.« Tout Burkinabè qui n’aurait pas pris la peine de s’inscrire sur la liste électorale au moment où les opérateurs de kits sont dans son village ou dans son secteur, aura décidé ainsi de lui-même, de s’exclure des élections présidentielle, législatives et municipales», a lancé le président de la CENI, puisant dans toutes ses ressources, les arguments nécessaires pour convaincre même les plus sceptiques de ne pas rester en marge du processus.Newton Ahmed BARRY a par conséquent exhorté chaque citoyen à ne pas laisser seulement ceux qui vont s’inscrire sur la liste de faire le choix et de décider pour eux. Il a par ailleurs  salué l’engagement du gouvernement, et  pour la réussite de cette opération, demande le soutien de tous.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *