Roch, le stoïque, qui marque des points - Les échos du Faso
Accueil » Edito » Roch, le stoïque, qui marque des points

Roch, le stoïque, qui marque des points

C’est peu de dire que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, n’a fait que marcher dans l’adversité, depuis son arrivée au pouvoir. Il a dû faire face aux multiples grèves et aux attaques terroristes durant les 2 premières années de pouvoir. Des situations qui ont impacté le déroulement du programme pour lequel il a été élu. Malgré tout, il a su tenir le gouvernail pour conduire le pays sur le chemin du développement.

Roch Marc Christian Kaboré investi président du Faso

On entend très souvent dire que le Burkina Faso sous Roch Marc Christian Kaboré va au ralenti. Roch Marc Christian Kaboré est un président diesel. Il aurait des lacunes dans la gestion du pays. Roch Marc Christian Kaboré n’est pas un président ferme. Etc.

L’homme lui-même ne s’attendait pas à des éloges. Il doit faire face aux militants de l’opposition dont ses ex-camarades politiques du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il a en face de lui tous ceux dont son arrivée au pouvoir a mis fin à la perception d’avantages indus sous la Transition. L’ensemble de ses adversaires ne manquent jamais l’occasion de le descendre en flammes. Et pourtant!

 

Roch, un président providentiel

Le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, Directeur exécutif de l’Institut de recherche FREE AFRIK, a dénombré 68 grèves au cours de l’année 2017. Suite à ces multiples grèves, des sommes colossales ont été débloquées pour satisfaire les revendications. L’incidence des revendications des agents des Impôts et des Domaines, par exemple, a été évaluée à 5 milliards de F CFA. Une somme identique a été débloquée pour la satisfaction de la plateforme des agents du Trésor. La somme de 2,5 milliards de F CFA a été nécessaire pour la satisfaction des revendications des magistrats. Les Eaux et Forêts ont bénéficié d’un milliard de F CFA en 2017. Les Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) ont vu leurs salaires et indemnités revalorisés, tout comme les agents des Douanes, les inspecteurs du Travail, les gestionnaire de Ressources humaines, de l’Action sociale, etc. La liste est longue mais on retiendra que la mise en œuvre de ces mesures a permis à des agents de voir leur salaire augmenté jusqu’à 100%!

Les responsables du Syndicat autonome des agents du Trésor (SATB) au présidium

En attendant l’évaluation de l’incidence du protocole d’accord signé entre les syndicats de l’Education et le gouvernement, le ministre de la Santé a annoncé que suite à la mise en œuvre de la loi portant Fonction publique hospitalière, des augmentations de salaire de près de 20% seront constatées au profit des agents de santé. Un taux proche de la revendication des syndicats qui exigeaient 25% d’augmentation de salaire afin de faire face à la vie chère.

Il a fallu que Roch Marc Christian Kaboré arrive au pouvoir pour que tous ces agents aient ces augmentations de salaire. Comparaison n’est pas raison, mais sous le règne de Blaise Compaoré, aucun agent public n’a bénéficié d’une augmentation de plus de 8% sur les 10 dernières années de son pouvoir. Mais personne ne se plaignait. Roch Marc Christian Kaboré a mis en avant le bien-être des Burkinabè depuis qu’il est au pouvoir.

Pour trouver des ressources nécessaires à la prise en compte de ces revendications, son gouvernement a mis en œuvre une hygiène dans la gestion budgétaire. Des sommes d’argent qui étaient mal dépensées ou détournées ont été ramenées dans le budget national pour être réaffectées selon les besoins. Ce qui ne plaît pas à tous.

Le président du Faso procède au lancement officiel du Programme d’aménagement de 5 000 km de pistes rurales (ph préFaso)

Le Burkina Faso est un pays en chantier

Cette hygiène budgétaire qui se traduit également par la réduction du train de vie de l’Etat a permis de revoir à la hausse le volume des recettes dans le budget.

De l’argent frais est utilisé pour les investissements dans le domaine des routes, de l’eau potable et de l’assainissement, de l’éducation, la santé, etc. faisant du Burkina Faso un pays en chantier. Jamais, dans ce pays, autant de marchés publics n’ont été lancés. Les attributaires étant des entreprises nationales, il va sans dire qu’elles créeront de l’emploi et paieront des impôts, ce qui contribue à créer la richesse.

Un intellectuel de Bobo-Dioulasso affirmait dans un journal que sa ville est un chantier depuis le début de l’année. Les routes bitumées depuis la période coloniale qui présentaient un état de délabrement avancé ont été reconstruites. Bobo-Dioulasso présente un nouveau visage. Elle n’est plus la cité délaissée comme le disait ses habitants. Même l’accueil du cinquantenaire de l’indépendance du pays n’a pas laissé autant d’infrastructures. Aucun président n’a connu les épreuves comme le président Roch. Mais il a su tirer son épingle du jeu en 2 ans d’exercice. Roch, c’est du roc, malgré l’apparence débonnaire.

Avec les jeunes combattants arrivés autour de lui, il fera sûrement encore plus.

Les Echos du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *