Accueil » Société » Rumeurs, bruits de couloir et ragots au travail: comment les combattre?

Rumeurs, bruits de couloir et ragots au travail: comment les combattre?

Que vous travailliez dans une petite ou une grande entreprise, au public comme au privé, les bruits de couloirs sont incontournables dans la vie de bureau. Certains collaborateurs s’en divertissent, d’autres restent indifférents… jusqu’au jour où l’on est soi-même visé par une rumeur. Dans ce cas, comment réagir et faire face pour ne pas en souffrir?

Certaines rumeurs, infondées ou pas peuvent avoir des conséquenses désastreuses pour l'employé. C'est pour quoi il faut parfois réagir et vite
Certaines rumeurs, infondées ou pas peuvent avoir des conséquentes désastreuses pour vous. C’est pourquoi il faut parfois réagir et vite.

«On m’a dit que…», «A ce qu’il paraît…», «J’ai entendu dire que…». C’est connu, dame rumeur règne en maître dans les services et entreprises. Mais comme le dit l’adage, «les rumeurs sont inventées par des ‘Rageux’, répétées par des Curieux,  crues par des Cons et validées par des Envieux».

De bouche à oreille, la rumeur enfle et peut prouver que vous êtes important ou contribuer à vous couper l'herbe sous les pieds
De bouche à oreille, la rumeur enfle et peut prouver que vous êtes important ou contribuer à vous couper l’herbe sous les pieds

Au service, la rumeur est souvent faite de petits jeux de pouvoirs, de déclarations tapageuses et de commérages sur ceux avec qui on est en froid. Ceux avec qui le «courant» ne passe pas et les désaccords toujours grands. L’objectif souvent visé est de salir une réputation et ternir une image afin que des promotions n’aient pas lieu ou soient sérieusement retardées. Ainsi, au lieu d’affronter directement une personne avec laquelle vous avez un différend, vous en parlez à un tiers et vous vous plaignez auprès de lui ou vous vous répandez en propos négatifs sur votre adversaire.

Autant vous pouvez en être l’auteur, autant vos adversaires peuvent être les champions de ce mauvais jeu.

La rumeur devient grave à partir du moment où elle a des conséquences néfastes sur votre vie professionnelle ou sur votre santé. Dans les cas les plus sérieux, il faut battre le fer quand il est chaud. Réagir au plus vite. Par exemple,  si l’on dit de vous que vous êtes porté sur la boisson ou l’on vous accuse de harcèlement sans preuves.  Ces graves bruits étant à même de vous discréditer sur le plan professionnel, vous pouvez mener votre enquête et tenter d’identifier les maillons de la rumeur.  Parfois, une simple mise au point suffit. Car souvent au bureau, certaines rumeurs peuvent être lancées ou relayées sans réfléchir et sans vraie intention de nuire.

La vérité est qu'il y a des gens qui aiment les commérages. Bizarre.
La vérité est qu’il y a des gens qui aiment les commérages. Bizarre.

En revanche, une rumeur maligne qui persiste peut s’apparenter à du harcèlement moral. Là, il ne s’agit pas des ragots anodins qui servent à alimenter les discussions au café comme dans le film burkinabè «Affaires publiques», mais de la calomnie, de la médisance, voire de la diffamation sciemment entretenues pour vous nuire. Il est alors conseillé d’en informer votre hiérarchie ou la Direction des ressources humaines pour vous protéger.

Mais, heureusement, les cas les plus graves sont loin d’être les plus courants. En général, la rumeur se résume à un bavardage qui sert à se rapprocher des uns en dévalorisant les autres. Ce qui ne signifie pas que cette façon de se comporter est bien. Loin s’en faut! En fait, il faut traiter au cas par cas. Car démentir certaines rumeurs est souvent la pire riposte puisque personne ne s’attend à vous voir avouer une faute. Si vous voulez dire quelque chose, mieux vaut plaisanter de la rumeur pour démontrer sa futilité. On dit que vous êtes autoritaire? Lâchez, un jour, que vous adorez maltraiter vos collaborateurs par exemple. Mais, souvent, la meilleure solution reste encore de ne rien dire.  Même si certains bruits ne sont pas agréables, ils finiront par passer s’ils ne sont pas fondés. Et ils sont surtout le signe que vous êtes important ou que vous dérangez.

Tout compte fait, rien ne vous interdit de  vous interroger sur les origines de certaines rumeurs. Parfois il n’y a pas de fumée sans feu. Si on dit que vous êtes volage, c’est peut-être à cause d’une familiarité excessive avec certaines collaboratrices. C’est peut-être l’occasion d’ajuster votre comportement et certains bruits cesseront naturellement.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *