Accueil » Gouvernance - Développement » Sabcé: dans trois mois, les populations auront un nouveau commissariat

Sabcé: dans trois mois, les populations auront un nouveau commissariat

Au cours d’une cérémonie, le ministre en charge de la Sécurité, accompagné de son collègue de l’Administration territoriale et du maire de Sabcé, a procédé vendredi à la pose de la première pierre pour la construction du commissariat de police du district de Sabcé. D’un coût global estimé à plus de 48 millions de francs CFA, financé par la société minière Bissa Gold pour un délai d’exécution de trois mois, le nouveau commissariat va améliorer les conditions de vie et de travail des éléments de la police nationale.

Le ministre Simon Compaoré, accompagné de son collègue de la Décentralisation et du maire de Sabcé, a procédé à la pose de la première pierre du commissariat

Dans trois mois, les populations de la commune de Sabcé auront un nouveau commissariat de police. Construit au temps des CDR, l’ancien commissariat avait commencé à montrer ses limites.

L’ancien commissariat de police de district de Sabcé

Sa construction se présentait donc selon le ministre en charge de la Sécurité, Simon Compaoré, comme une nécessité et un enjeu de souveraineté nationale. Consciente que la question de sécurité n’est pas seulement la seule affaire des autorités et des Forces de défense et de sécurité, la société Bissa Gold présente dans cette localité a décidé d’accompagner les efforts de l’Etat en matière de sécurité. «Nous ne sommes pas loin de la zone terroriste, nous avons des activités dont les enjeux sont très élevés et il est très important que nous voyons dans quel cadre nous pouvons accompagner l’Etat à renforcer les capacités opérationnelles du commissariat de Sabcé», a indiqué le directeur général adjoint de Bissa Gold, Christian Ouédraogo.

C’est une bonne chose, a laissé entendre Simon Compaoré, que les gens comprennent que tout ne repose pas sur l’Etat. «Il faut que les collectivités territoriales libèrent des initiatives audacieuses, comme cela a été le cas ici, pour travailler avec d’autres partenaires qui peuvent les accompagner», a-t-il souhaité.

La population a bien accueilli cette nouvelle et est sortie nombreuse pour la circonstance

D’un coût global estimé à un peu plus de 48 millions de francs CFA, la pose de la première pierre du commissariat de Sabcé qui va prendre en compte les sites d’accueil, la détention, un site d’attente avec un mur, revêt deux sens selon Simon Compaoré. D’une part, sur le plan opérationnel, son implantation améliorera et facilitera le travail des Forces de sécurité et d’autre part, sur le plan de l’accueil, des mises en cause et des victimes.

Dans quelques années, renseigne-t-il, il est prévu que «nous puissions avoir un policier pour 700 habitants. Aujourd’hui nous sommes loin de ce ratio qui est de 1 policier pour 400 habitants». Pour atteindre cet objectif, assure-il, «nous allons continuer ce genre d’opération, ouvrir des commissariats de police dans les communes où il n’y en a pas et augmenter le nombre de policiers et le nombre d’équipements pour leur permettre d’être efficaces».

Profitant de la présente cérémonie, le ministre Compaoré a recommandé à l’entreprise minière, d’accompagner le nouveau commissariat en termes d’équipement. Ce qui n’est pas tombé dans les oreilles d’un sourd, en témoigne la réaction de Christian Ouédraogo qui a promis d’étudier ce dossier avant l’inauguration.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *