Accueil » Logtoré » Santé: les chrétiens évangéliques mettent en garde le gouvernement contre toute tentative de modifier la loi qui garantit le droit à l’avortement

Santé: les chrétiens évangéliques mettent en garde le gouvernement contre toute tentative de modifier la loi qui garantit le droit à l’avortement

Le Conseil national des évangélistes pour la lutte contre le sida et pour la promotion de la santé (CNELS/PS) a prévenu le gouvernement du Burkina Faso ainsi que la représentation nationale contre toute démarche visant à légaliser l’avortement au Burkina sous quelle que forme que ce soit et pour n’importe quel motif qui soit. C’était vendredi au cours d’une conférence de presse.

Des évangélistes chrétiens ont averti le gouvernement contre toute tentative de modification de la loi sur le droit à l’avortement

«Nous sommes foncièrement contre la légalisation de l’avortement dans notre pays», a soutenu le pasteur Omar Sawadogo, membre du CNELS/PS.

Il faut rappeler que lors d’une audience avec le président du Faso, le président de la fondation Susan Buffett, accompagné par le ministre de la Santé, avait fait part de l’intention de la fondation de sensibiliser la représentation nationale sur la nécessité de transformer les lois afin que la femme et la jeune fille puissent jouir de tous leurs droits.

Pasteur Omar Sawadogo

Les lois en vigueur au Burkina comme le code pénal, avait rappelé le ministre Méda, privent les femmes de ce droit et qu’il faudra réajuster l’arsenal juridique afin de permettre à la femme et à la jeune fille en détresse avec une grossesse non désirée d’avoir accès à une interruption sécurisée de cette grossesse.

S’indignant contre cette déclaration, le CNELS/SP par la voix du pasteur Sawadogo, a invité le ministre Méda et le gouvernement à renoncer à ce projet qui n’aura que pour conséquences l’aggravation de la dépravation des mœurs dans notre société et l’exposition des jeunes au libertinage sexuel et à d’autres formes de vices. «Nous nous opposons à ce projet qui est une négation de la vie de l’enfant», a-t-il indiqué.

A l’entendre, la vie est sacrée et l’avortement est un crime comme l’enseignent les Saintes Ecritures, «Tu ne tueras point». De ce fait, foi de Omar Sawadogo, il ne faut pas que des plaisirs désirés qui aboutissent à des grossesses indésirées entrainent la négation du droit à la vie de ceux qui n’ont pas demandé à être conçus. La responsabilité des jeunes filles, a-t-il fait remarquer, est engagée à partir du moment où celles-ci décident d’avoir des rapports sexuels en dehors du mariage. «Il faut qu’on ait une sexualité responsable, il faut que nous revenions à des valeurs morales, il faut que nous sachions qu’il y a une dignité pour tout être humain, c’est la position des évangéliques», a-t-il indiqué.

Refusant d’être témoin de ces déviances légalisées dans notre société, le CNELS/PS a invité la représentation nationale à s’abstenir de modifier cette loi qui garantit le droit à l’avortement à moins que la vie de la femme soit en danger ou dans des conditions de viol ou d’inceste. Faute de quoi, il se réserve le droit d’organiser des actions légales pour contrer le projet de révision.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *