Accueil » Société » Pour la sous-section du SYNTSHA, le CHU-YO se meurt: d’où un sit-in pour protester contre sa mort

Pour la sous-section du SYNTSHA, le CHU-YO se meurt: d’où un sit-in pour protester contre sa mort

Le bureau de la sous-section du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) a animé un point de presse ce jeudi 3 mai 2018 à la Bourse du travail de Ouagadougou. Il entendait par cette rencontre avec les hommes de média informer l’opinion publique sur la situation chaotique du CHU-YO et interpeller le gouvernement à prendre ses responsabilités pour le sauver.

Le présidium lors de la conférence de presse

Au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) «les services manquent de tout y compris parfois du minimum. Comment le personnel peut-il faire dans ces conditions pour assurer des soins de qualité aux populations? En effet, les pannes fréquentes d’équipements, les ruptures des consommables et des réactifs sont le lot quotidien des services. Ces pannes au niveau des services d’imagerie médicale et des laboratoires ont pour conséquences de contraindre des malades même hospitalisés à parcourir la ville à la recherche de services privés pour des examens» a déploré le secrétaire général de la sous-section du Kadiogo, Hamadi Konfé.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Selon les animateurs de la conférence de presse, cette situation qui a fait beaucoup de victimes ne répond pas aux missions du CHU-YO et aux attentes de la population. Aussi la sous-section du Syntsha ne comprend pas qu’au moment où «le CHU-YO est en train de mourir par manque d’équipements, le gouvernement joue au dilatoire en multipliant des propositions et projets dont les débuts de solutions sont vainement attendus et la plupart abandonnée», s’est offusqué M. Konfé.

En tout état de cause, le gouvernement est invité à prendre ses responsabilités pour permettre au CHU-YO d’effectuer ses missions de soins, d’enseignement et de recherche. Le syndicat appelle également l’opinion publique à faire pression sur le gouvernement pour sauver le CHU-YO et appelle tous ses militants et sympathisants à une marche en direction du ministère de la Santé le mardi 08 mai à partir de 09h. La veille, soit le lundi 07 mai, il les invite à observer un sit-in de protestation afin d’exiger entre autres «la réfection et l’équipement dans les meilleurs délais des services de chirurgie, le fonctionnement correct de l’imagerie, l’approvisionnement de tous les services en consommables et en matériel médico-technique et l’assurance de la bonne gestion».

La sous-section Syntsha dit ne pas vouloir se faire complice de cette descente aux enfers des services de la santé. Par ailleurs, elle appelle, en prenant à témoin l’opinion publique, les travailleurs de la santé à la mobilisation générale et à la lutte pour l’amélioration des conditions de travail aux côtés du peuple burkinabè dans sa lutte pour le pain et la liberté.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *