Accueil » Défense-Sécurité » Sécurité intérieure: Simon Compaoré à bâtons rompus avec la presse

Sécurité intérieure: Simon Compaoré à bâtons rompus avec la presse

Moins d’un mois après son installation, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure (MADTSI), Simon Compaoré, a eu un face-à-face avec la presse. Pendant deux heures d’horloge, le titulaire du département de l’Administration territoriale a exposé aux hommes de médias les grandes lignes de sa mission et relever les grands défis du moment.

Pour l’occasion, le ministre d’Etat Simon Compaoré était entouré de Alfred Gouba, SG chargé de la décentralisation, et de Désiré P. Sawadogo chargé des Affaires courantes
Pour l’occasion, le ministre d’Etat Simon Compaoré était entouré de Alfred Gouba, SG chargé de la décentralisation, et de Désiré P. Sawadogo chargé des Affaires courantes

C’est à une conférence de presse fleuve que s’est livré le ministre d’Etat Simon Compaoré en cette matinée du jeudi 4 février 2016, dans la salle de délibérations de l’hôtel de ville de Ouagadougou. Entouré de ses plus proches collaborateurs, que sont Alfred Gouba, secrétaire général chargé de la Décentralisation, et Désiré Pengdwendé Sawadogo, secrétaire chargé de l’expédition des affaires courantes, l’ancien maire de la capitale a décliné les points de la nouvelle politique de sécurité nationale comme l’impose le contexte actuel. «Le regroupement des départements de l’administration territoriale et de la sécurité participe de la mise en commun des ressources et de la recherche de l’efficience et de l’efficacité dans nos actions dans ces domaines», a-t-il expliqué, d’entrée de jeu.
Dans un contexte sous-régional marqué par la recrudescence du grand banditisme et la multiplication des actes terroristes, la sécurité des biens et des personnes demeure, selon le ministre Compaoré, la condition sine qua non à la relance des activités économiques. Pour ce faire, une nécessaire adaptation des hommes et du matériel en fonction de l’évolution de la menace s’impose. En dehors de l’aspect financier qu’exige la lutte contre ces phénomènes, Simon Compaoré précise que l’expérience a montré que «l’efficacité de toute structure repose sur les renseignements, la collecte d’informations, qui permettent de démanteler les réseaux avant qu’ils ne passent à l’acte».

Plusieurs chefs de services rattachés au MATDSI ont assisté à ce point de presse.
Plusieurs chefs de services rattachés au MATDSI ont assisté à ce point de presse.

Tout en exprimant sa gratitude à l’endroit des citoyens organisés au sein des comités de vigilance dont l’action produit des résultats probants sur le terrain, le ministre ajoute que la mise en place de ces structures et leur encadrement par ses services se poursuivra car «la sécurité du territoire incombe à chaque citoyen où qu’il se trouve».
L’un des défis qui se présentent aux nouvelles autorités est la lutte contre l’incivisme. Sur la question, le ministre de la Sécurité compte privilégier l’information et la sensibilisation même si, a-t-il insisté, «in fine, force doit rester à la loi».
Décentralisation
Pour impulser une dynamique de développement aux communes du pays, Simon Compaoré compte s’investir dans le renforcement de la décentralisation qui, selon lui, reste «un levier incontestable du développement des communautés à la base». Ce travail, a-t-il promis, «se mènera d’abord avec les délégations spéciales en service actuellement puis avec les conseils municipaux qui seront issus des élections du 22 mai prochain». En vue de répondre aux attentes des populations, Simon Compaoré entend travailler à la formulation des nouveaux référentiels stratégiques de la décentralisation, la poursuite des transferts des ressources et de compétences de l’Etat vers les collectivités, à la promotion de la gouvernance locale participative et la réussite des élections municipales du 22 mai 2016.
C’est sur une note d’espoir que le ministre d’Etat a clos le point de presse en invitant tous les Burkinabè à une collaboration permanente.
W. DAVY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *