Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Sécurité: l’Assemblée nationale en session spéciale pour examiner un projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence

Sécurité: l’Assemblée nationale en session spéciale pour examiner un projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence

Les députés de l’Assemblée nationale, sous la houlette du président Alassane Bala Sakandé, se sont réunis le mardi 8 janvier 2019 en session spéciale, pour délibérer sur le projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence instauré sur une partie du territoire national.

C’est sous la houlette de Alassane Bala Sakande…

“Sur toute l’étendue du territoire national, nous avons l’obligation de protéger nos compatriotes sans distinction d’appartenance religieuse, ethnique ou politique”, a déclaré le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, qui a fait remarquer que “c’est une exigence que nous devons tous porter”.

Ainsi, au regard de la recrudecence des attaques terroristes, le président du Faso avait, au terme du Conseil des ministres en sa session extraordinaire du 31 décembre 2018, délibérant sur un rapport relatif à la situation sécuritaire dans les régions de la Boucle du Mouhoun, de l’Est, du Nord et du Sahel, instauré l’état d’urgence dans quatorze provinces du Burkina.

L’état d’urgence, explique Alassane Bala Sakandé, est une exception dans un État de droit dans la mesure où il touche à l’équilibre entre les pouvoirs au profit de l’exécutif.

Prévu par la Constitution à son article 58, souligne le président de l’Assemblée nationale, “l’état d’urgence est régi par la loi organique du 31 août 1959 votée par l’Assemblée législative qui tenait lieu d’Assemblée nationale”. La même disposition législative, poursuit-il, précise que “il peut être décrété sur tout ou une partie du territoire national pour douze jours, mais peut être prolongé après autorisation de l’Assemblée nationale qui se réunit à cet effet et de plein droit”.

…que la représentation nationale s’est réunie en session spéciale.

Sa finalité étant d’assurer avec célérité et efficacité la lutte contre le terrorisme au Burkina et de ramener la quiétude au sein des populations, le présent état d’urgence procède selon M. Sakandé, du souci de l’intérêt général. Ainsi, recommande-t-il à la représentation nationale, « parce-que des groupes criminels nous ont imposé la guerre, parce que la stabilité du Burkina Fado est en danger, parce que la sécurité des Burkinabè est menacée, parce que l’avenir de nos enfants est en jeu, je vous demande d’examiner en conséquence le présent projet de loi portant prolongation de l’état d’urgence ».

Il faut noter que cette session spéciale intervient dans un contexte national marqué par le drame de Yirgou. Pour Alassane Bala Sakandé, « notre vivre-ensemble est non négociable ». De ce fait, il a exhorté les autorités compétentes à ouvrir avec diligence une enquête sur ce drame humain afin d’en situer toutes les responsabilités et d’en tirer avec fermeté toutes les compétences. “Les commanditaires, les auteurs et les complices de cette horreur doivent être traduits sans complaisance devant les juridictions compétentes afin de subir la loi dans toute sa rigueur », a-t-il souhaité.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *