Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Semaine mondiale d’action pour l’éducation pour tous : elle se tiendra du 22 au 24 mai à Kaya

Semaine mondiale d’action pour l’éducation pour tous : elle se tiendra du 22 au 24 mai à Kaya

La Coalition nationale pour l’Education pour tous du Burkina Faso ( CN-EPT/BF) a procédé lundi au cours d’une conférence de presse, au lancement des activités de la Semaine mondiale d’action pour l’éducation pour tous (SMAE) qui se tiendra du 22 au 24 mai 2019 à Kaya.

le présidium lors du point de presse

La Semaine  mondiale d’action pour l’éducation pour tous se tiendra du 22 au 24 mai 2019 à Kaya. Placé sous le thème « Faire du droit  à une éducation publique inclusive, de qualité et gratuite, une réalité », l’objectif de la SMAE 2019 est de montrer aux citoyens que l’éducation est un droit pour tous et que chaque citoyen a le droit de le revendiquer et de l’exercer.  A ce titre, ils ont le droit de faire pression sur les gouvernants et les organismes internationaux pour qu’ils prennent les mesures financières et autres mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit.
Il s’agira de façon spécifique, de faire l’état des lieux du financement de l’éducation et de la mise en œuvre des sept cibles de l’ODD4 au Burkina Faso, de plaider pour une participation effective de la société civile au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD4 et de l’éducation 2030 au niveau national et de formuler des recommandations pour une mise en œuvre effective des sept cibles de l’ODD4 au Burkina Faso.

Pour le président du comité d’administration, Samuel Dembélé, le choix du thème de la SMAE 2019 permet de placer au cœur de la campagne, la question du financement et de la gouvernance vertueuse de l’éducation qui est essentielle pour réaliser toutes les cibles de l’ODD4 d’ici 2030. « Un point d’honneur sera mis sur le suivi du budget de l’éducation, la justice sociale et la privatisation de l’éducation à travers le contrôle citoyen tout au long de la campagne », a noté Samuel Dembélé.

En plus du thème central, fait-il remarquer, la CN-EPT/BF a retenu comme thème secondaire, « l’éducation en situation d’urgence » dans la mesure où l’éducation aux droits de l’homme peut être un moyen de défense contre la montée de la violence, de la discrimination, de l’exclusion et de l’intolérance.

Partant du constat que les organisations de la société civile et les communautés restent exclues de la planification, de la mise en œuvre et du suivi de l’ODD4 malgré de nombreux engagements en faveur d’une participation collective et inclusive, diverses activités seront menées pour atteindre les objectifs. Il s’agit entre autres de la constitution d’un dossier faisant l’état des lieux du financement intérieur de l’éducation, de la mise en œuvre de l’ODD4 et de la aprticipation effective de la société civile au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD4 et de l’éducation 2030 au niveau national, régional et provincial. Aussi, du retour des élus à l’école qui consistera à faire suivre aux autorités les réalités quotidiennes et les conditions de travail des élèves, des enseignants et des encadreurs dans la quête d’une éducation de qualité pour tous au Burkina…

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *