Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Un séminaire international pour outiller les professionnels dans le domaine entrepreneurial

Un séminaire international pour outiller les professionnels dans le domaine entrepreneurial

Du 4 au 5 août 2018 se tiendra à Ouagadougou, le Séminaire international de formation de Ouagadougou (SIFO) pour son édition spéciale. L’objectif de ce séminaire est de donner les bagages nécessaires aux jeunes pour qu’ils puissent maîtriser le domaine entrepreneurial. L’annonce a été faite le lundi 23 juillet 2018 au cours d’une conférence de presse animée par les membres.

Le SIFO est né de l’action conjuguée d’étudiants. Ici le président Lassané Zongo au milieu

Né de l’action conjuguée d’étudiants de l’intérieur et de la diaspora du Burkina Faso, le SIFO est un cadre de rencontre internationale axée sur le renforcement des capacités professionnelles pour permettre aux jeunes de faire face aux exigences du monde de l’emploi et aussi à celles de l’entreprenariat.

Il existe deux types de SIFO, selon son président, Lassané Zongo, docteur en pharmacie. Le SIFO général qui est ouvert à tout le monde et le SIFO spécial qui est réservé à un public assez restreint. L’idée d’organiser deux formations dans l’année avec des thèmes généraux pour l’une et des thèmes spécifiques pour l’autre est de permettre, selon Lassané Zongo, de mieux cibler les besoins de formation et tenter d’y répondre. «La formation est la clé d’une ressource humaine de qualité et cette dernière est l’autoroute du développement », a-t-il souligné.

Ainsi, après le SIFO général organisé en 2018, c’est au tour du SIFO spécial de se tenir les 4 et 5 août 2018 sous le thème «Marketing digital d’une part et la gestion des conflits, négociation et médiation d’autre part».

Avec un coût de 15 000 Francs CFA comme frais de participation, la formation sera assurée par deux experts: le docteur Badou Yassa de l’Algérie et le docteur Poussy Sawadogo du Burkina.

A la question de savoir si le SIFO accompagne les jeunes après la formation, Lassané Zongo a répondu: «Nous n’avons pas les moyens de mettre des fonds à la disposition des participants, mais nous sommes en partenariat avec certaines entreprises de sorte à pouvoir, en fonction de la nature du projet de chaque participant, de le mettre en contact avec l’entreprise qui va les accompagner».

Il faut noter que pour la première édition en 2016, le SIFO a enregistré environ 120 à 130 participants. La deuxième édition qui a été organisée pendant les vacances de 2017 a mobilisé environ 200 participants et le SIFO qui s’est déroulé récemment en février dernier a inscrit environ 150 participants.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *