Accueil » Politique » Situation de la nation: l’Alliance des partis de la majorité présidentielle se prononce

Situation de la nation: l’Alliance des partis de la majorité présidentielle se prononce

L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) s’est prononcée sur la situation de la nation. C’était au cours d’une conférence de presse animée au siège de Mouvement du peuple pour le progrès à Ouagadougou, ce 14 janvier 2019. Il s’est agi pour Adama Kanazoé et les siens de passer en revue la situation de la nation, notamment en ce qui concerne le terrorisme et la gestion du drame de Yirgou par le président Roch Marc Christian Kaboré. Ils se sont aussi attardés sur la situation du groupe d’auto-défense communément appelé koglwéogo.

le présidium lors du point de presse

L’APMP, tout en déplorant le drame survenu à Yirgou, a salué la diligence et la mesure avec laquelle le président du Faso a su prendre la situation. Adama Kanazoé, président de l’AJIR, a fait savoir que l’APMP se réjouissait du «leadership du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui, prenant la pleine mesure du drame qui venait de se passer et de la nécessité de préserver la paix et la cohésion sociale, s’est personnellement rendu à Yirgou afin d’apporter compassion et assistance aux populations».

En effet selon l’APMP, «cette action du premier des Burkinabè a sans nul doute permis d’apaiser les tensions et d’organiser la prise en charge des victimes et autres déplacés». Dans le même ordre d’idée, Adama Kanazoé rajoute que certaines personnes ont mal pris l’expression du président du Faso quand il s’était rendu sur les lieux. Selon lui, le président, en s’expriment en mooré, a été mal compris. C’était un langage d’apaisement que la traduction en français a bien pu dénaturer.

les journalistes présents à la conférence de presse

Cependant, l’APMP attire l’attention et fait savoir que «le drame de Yirgou vient nous rappeler la fragilité du tissu social et commande de notre part à tous, un sens élevé de patriotisme et de responsabilité». L’Alliance des partis de la majorité présidentielle renchérit en faisant savoir que «rien n’est au-dessus du Faso et nous devons faire bloc autour de la mère patrie en toute circonstance pour préserver l’unité nationale».

Aussi, de ce massacre de Yirgou, le groupe d’auto-défense communément koglweogo est cité car à la fois victime et protagoniste. Les bavures commises par ce groupe inquiètent les journalistes qui ont justement demandé à l’APMP de se prononcer sur leur éventuelle dissolution. Pour Adama Kanazoé, les koglwéto sont des groupes créés spontanément par la volonté de la population afin de pallier les insuffisances sécuritaires dans certaines localités. Par conséquent, selon lui, «le jour où à l’unanimité toute la population reconnaîtra que ce groupe n’a que des aspects négatifs, sa suppression sera automatique». Pour l’heure «ces groupes doivent être encadrés pour qu’ils suivent les règles de l’Etat de droit» a-t-il ajouté.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *