Accueil » Société » Situation nationale: le CAR invite le gouvernement à prendre au sérieux les revendications des différents partenaires sociaux

Situation nationale: le CAR invite le gouvernement à prendre au sérieux les revendications des différents partenaires sociaux

Plus de 300 délégués des différents comités nationaux du  Mouvement burkinabè pour la renaissance (CAR) ont pris part les 1er et 2 février à la deuxième conférence nationale du mouvement à Ouagadougou. Après deux jours de réflexions qui ont porté sur les lignes directrices du mouvement qui seront soumises au congrès prévu pour se tenir en mars, les participants ont clos le samedi 2 février 2019, les travaux de la deuxième conférence.

le président du CAR,Hervé Ouattara invitant les autorités à prendre au sérieux les revendications des différents partenaires sociaux

Le Mouvement burkinabè pour la renaissance tiendra en mars prochain, son congrès. Pour préparer cette activité majeure du mouvement, plus de 300 délégués  des différents comités nationaux se sont rencontrés à Ouagadougou enfin de  faire une rétrospection au sein de ce qui s’est passé dans le mouvement. « Nous avons au bout de ces deux jours de travaux, tracé les sillons du développement de notre mouvement, poser les bases de notre restructuration, mais également notre implantation au niveau national et international », a confié le président du CAR, Hervé Ouattara.

Cette instance a aussi permis aux participants à la deuxième conférence nationale, de faire une lecture croisée de la situation nationale et internationale.

Concernant la situation au niveau nationale, Hervé Ouattara a révélé que les participants ont passé à peigne fin tous les phénomènes sur la crise socio-politique qui sévit dans notre pays à savoir l’affaire des Koglweogo, la question de Yirgou, la situation sociale avec la crise du système éducatif, les différentes revendications des partenaires.

les participants reunis à la deuxième conférence nationale, de faire une lecture croisée de la situation nationale et internationale

« Nous sommes arrivés à la conclusion que le gouvernement burkinabè a intérêt à prendre au sérieux les revendications des différents partenaires sociaux », a-t-il indiqué. De son avis, l’éducation aujourd’hui est presqu’à terre parce qu’il ya des élèves qui ne partent pas à l’école, des écoles fermées pour faits de terrorisme et tout.  « Nous demandons au président de trouver des solutions idoines à toutes ces questions », a souhaité M.Ouattara.

Sur le plan international, les participants sont revenus sur la question du Franc CFA et le pacte colonial. A entendre le président du CAR, avec la présence de l’armée française sur nos territoires il est impératif pour ‘’nous en tant que jeunes citoyens membres du car, de donner notre lecture, de rappeler que le FCFA ne doit plus exister dans nos différents continents et que nous devons nous lever comme une seule personne pour le combattre’’.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *