Accueil » Société » Situation nationale: une vingtaine d’OSC dénonce une tentative de déstabilisation du Burkina

Situation nationale: une vingtaine d’OSC dénonce une tentative de déstabilisation du Burkina

Le Rassemblement des OSC contre la déstabilisation du Burkina Faso a appelé, mercredi au cours d’une conférence de presse, le peuple burkinabè à une mobilisation générale le 1er octobre à la Maison du peuple, pour dire Non à la tentative de déstabilisation du pays par des pseudos Organisations de la société civile (OSC).

Le mouvement exige du gouvernement qu’il démasque ceux qui tentent de déstabiliser le pays

Le Burkina Faso fait face, ces derniers temps, à des attaques terroristes de tout genre suivies de sorties médiatiques de certaines OSC qui exigent le retour de Blaise Compaoré et la libération des deux généraux, Bassolé et Diendéré. Considérant cette situation comme une tentative de déstabilisation du pays, des OSC, une vingtaine se sont réunies pour dénoncer cette tentative d’instaurer l’ancien régime, farouchement combattu et rejeté par le peuple burkinabè, par ces pseudos OSC. «Nous avons des gens comme les Nana Thibault qui vont voir Blaise et qui disent qu’il faut qu’il revienne comme s’il était un bébé», a fustigé le coordonnateur du rassemblement des OSC contre la déstabilisation du Burkina Faso, Dick Marcus.

De son avis, Blaise Compaoré a choisi de fuir le Burkina après tout ce qu’il a fait. «Ce n’est donc pas quelqu’un comme Nana Thibaut, qui va aller dans les ci-mètres prendre de l’argent, qui va prôner son retour. Blaise connaît la route du Burkina, le jour où il voudra revenir, qu’il revienne. S’il est accueilli à l’aéroport, tant mieux, dans le cas contraire, qu’il continue chez lui à Ziniaré», a-t-il martelé.

Le coordonnateur du mouvement, l’artiste musicien, Dick Marcus

Un mandat d’arrêt a été lancé contre Blaise et tout citoyen, renchérit l’artiste musicien Océan, porte-parole du mouvement, qui veut se déplacer d’ici pour aller faire un projet avec lui à Abidjan est complice de sa soustraction à la justice du Burkina.

En plus de cela, Dick Marcus a également pointé du doigt Pascal Zaida qui, avec sa chapelle politique, exige la «libération sans jugement des généraux Bassolé et Diendéré».

Le Burkina a-t-il rappelé, a essuyé plusieurs attaques terroristes. «Pourquoi quand il y a une attaque, on la lie immédiatement à la situation des deux généraux?», s’est interrogé l’artiste musicien Océan. Et Dick Marcus d’ajouter: «Quand quelqu’un comme Zaida s’assoit pour dire qu’il faut qu’on donne des chambres d’hôtels à un djihadiste, pour qu’on soit en paix, c’est de la foutaise», a-t-il tangué rappelant que nous ne sommes pas au Far West.

Estimant que si rien n’est fait, le Burkina ira tout droit à la dérive, le Rassemblement des OSC contre la déstabilisation du Burkina qui est un regroupement circonstanciel par rapport à la situation, a donné rendez-vous au peuple burkinabè à la Maison du peuple pour le grand rassemblement des OSC. Une occasion de dire Non à tous ces actes de déstabilisation, non aux attaques terroristes, non aux manipulations de l’opinion par la désinformation et l’intoxication et Non à la négation de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

A l’endroit du gouvernement, le mouvement exige qu’il mette tout en œuvre pour démasquer les déstabilisateurs et leurs complices et leur appliquer la rigueur de la loi.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *