Accueil » Mounafica » Situation politique au Faso: ce que je redoutais…

Situation politique au Faso: ce que je redoutais…

Depuis la fuite de Blaise Compaoré et la venue du MPP au pouvoir, moi Mounafica je n’ai qu’une seule prière: pourvu que les démons de la division ne gagnent pas le camp des autorités au pouvoir. Car il est évident que la gestion d’un pouvoir par un triumvirat ne se fait pas sans accrocs. On le sait, l’entente sur l’essentiel qui a permis au trio RSS de jouer sa partition pour chasser Blaise Compaoré et parvenir au pouvoir n’est pas faite en béton armée. Les mêmes groupuscules qui gesticulaient autour du CDP au temps de sa toute-puissance, c’est-à-dire avec le trio RSS et tutti quanti, ces mêmes gens sont encore là, semant chaque jour la graine de la division. Et, visiblement, le diable est dans la maison MPP, même si les uns et les autres se refusent à le reconnaitre.

Salifou, Roch, Simon et le Larlé (à partir de la gauche)
Salifou, Roch, Simon et le Larlé (à partir de la gauche)

Le pouvoir au Faso a trois têtes et chaque locomotive tire de son côté, toute chose qui, mathématiquement, annihile toute synergie. Les choses ne bougent pas et l’on s’étonne! Il ne se passe plus de jour sans qu’on entende qu’un tel chef du parti a fait ci, a fait ça. L’inquiétude a atteint son summum avec la dernière sortie de Safiatou Lopez, quand elle a mis à l’index le 2e patron du MPP, l’accusant de se mêler de l’élection du président de la Chambre de commerce. Elle a dit qu’il la traite de «folle», or donc on sait que la dame Lopez est proche du président Roch Kaboré. Le danger est là, on le sent.

Il suffit d’aller voir le président Roch et lui dire, «voilà, nous vos soutiens directs on nous ostracise, on nous malmène et vous laissez faire. Le camp des autres commence à prendre de l’ascendance, il faut agir…» Et voilà la graine de la division semée qu’on va tout faire pour arroser afin qu’elle pousse.

C’est inquiétant pour le MPP, mais si ce n’était qu’un danger partisan il n’y a pas de problème. Sauf que c’est le parti au pouvoir et ses maux de ventre ou d’yeux peuvent contaminer tout le Faso. Moi Mounafica j’ai toujours pensé que la grande expérience acquise au CDP par le trio RSS allait nous éviter les chants des sirènes. Hélas!

Il faut seulement croiser les doigts pour un sursaut d’orgueil du trio pour battre en brèche les semeurs de zizanie. Le Burkina revient de loin et franchement on n’a pas besoin de gérer des querelles byzantines alors que les gros de développement sont là.

Messires RSS, ouvrez l’œil et le bon pour l’amour de la patrie.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *