Accueil » Société » Société moaga: les interdits mineurs et graves dans le couple

Société moaga: les interdits mineurs et graves dans le couple

La femme africaine est frappée de divers interdits dans sa vie de couple qui relèveraient des us et coutumes. Dans la société moaga particulièrement, on fait la distinction entre les interdits mineurs qui peuvent être remédiés et ceux dits graves qui peuvent être mortels pour le mari et qui nécessitent le départ de la femme. Pour en savoir davantage, nous avons échangé avec le Boussoum Wayalgin Naaba Sanem, qui nous a renseigné sur ce qui peut être considéré comme interdits mineurs et graves dans le couple.

Son excellence le Boussoum Wayalgin Naaba Sanem

Les Echos du Faso (LEF): Qu’est-ce qui est considéré comme interdits dans un couple?

Boussoum Wayalgin Naaba Sanem (BWNS): Est considéré comme un interdit dans un couple, une femme qui prépare du tôt et qui le sert à son mari sans la sauce. Pour ce cas présent, il y a un nombre limite que la femme ne doit pas dépasser. Par exemple, si elle fait cela à plusieurs reprises et que ça n’atteint pas le nombre limité, elle peut rester chez son mari. Mais si on l’interpelle à plusieurs reprises et qu’elle persiste et atteint le nombre à ne pas dépasser, le mari ne peut plus la garder, sinon cela peut être mortel pour lui.

Est également considéré comme interdit, une femme qui commence sa cuisine par le tôt ou le riz avant la sauce. Une femme ne doit jamais préparer le tôt ou le riz avant la sauce, c’est interdit et cela peut écourter la vie de son mari. Quand on l’interpelle et qu’elle laisse tomber cette mauvaise habitude, il n’y a pas de problème. Mais si elle persiste, on doit faire recours aux anciens pour qu’ils arrangent, sinon cela peut être mortel pour le mari.

Aussi, une femme ne doit pas donner un coup de pied à son mari. Par exemple, si un homme désire sa femme et s’approche d’elle, même si la femme n’est pas intéressée, elle ne doit pas lui donner un coup de pieder. Les personnes âgées ont toujours interpellé les femmes à ce sujet.

Une femme ne doit pas non plus attraper le pénis de son mari. Elle peut s’amuser avec s’ils sont au lit ou font autre chose. Mais il est formellement interdit d’attraper le pénis de son mari lors d’une dispute. C’est valable pour l’homme, il ne doit pas frapper le sein de sa femme lors d’une dispute.

Une femme ne doit pas aussi mordre son mari quand elle se dispute avec lui. C’est maintenant que des solutions ont été trouvées pour y remédier, sinon avant, quand une femme mord son mari et que ce dernier entretient après des relations intimes avec elle, il meurt.

En plus de cela, une femme ne doit jamais tousser sur son mari si celui-ci la désire. Si c’est une toux normale, il n’y a pas de problème. Les deux se lèvent et sans s’adresser la parole, ils versent de l’eau sur le matelas. Mais s’ils se parlent, il faut recourir aux anciens pour qu’ils étudient le cas. Mais tousser exprès alors que le mari est sur elle, c’est un interdit.

Egalement, il y a des adultes qui continuent de faire pipi au lit. Si une femme fait pipi au lit et qu’il se trouve qu’il y a une fourmi là-dessus qui pique le mari, celui-ci risque de mourir.

Les personnes âgées ont toujours interpellé les femmes sur les interdits dans le couple

LEF: Y a-t-il des interdits qui ne peuvent être remédiés?

BWNS: Oui! Il y a des situations où, quoi que l’on fasse, la femme est obligée de quitter son foyer. Par exemple, une femme qui, après avoir fait la cuisine, défèque sur le repas, avant de le présenter à manger à son mari, est un interdit qui ne peut être remédié et qui nécessite le départ de la femme; sinon cela peut coûter la vie à son mari. Avant de partir, elle doit consommer la nourriture sinon c’est mortel pour le mari.

LEF: Qu’est-ce qui peut pousser une femme à se comporter ainsi?

BWNS: C’est la jalousie ou le désespoir qui peut pousser une femme à poser un tel acte. On rencontre ces cas dans les foyers polygames. Une femme qui est délaissée par son mari au profit de ses coépouses peut décider de se venger en déféquant sur le repas.Toute chose qui peut entraîner la mort du mari.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *