Accueil » En face du miroir » Stars des ondes: qui est Alain Alain, l’homme de Boulvanka?

Stars des ondes: qui est Alain Alain, l’homme de Boulvanka?

Journaliste, animateur, Alain Alain n’est plus à présenter. Très connu pour son émission satirique «Le défouloir de Alain Alain», en mooré «Nongui siida» (aimer la vérité), l’homme de Boulvanka a conquis les auditeurs par sa voix pesante et imposante et surtout pour son humeur qui ne laisse personne indifférente. Mais qui est Alain Alain, celui-là même qui a créé le concept «Boulvanka»? Interview.

Le journaliste et animateur, Alain Alain

Les Echos du Faso (LEF): Qui est Alain Alain?

Alain Alain (AA): Je suis Traoré Alain, plus connu sous le pseudonyme de Alain Alain. Je suis journaliste, animateur, humoriste, réalisateur de spots publicitaires. Actuellement, je suis rédacteur en chef langue à la radio Oméga.

LEF: Comment vous êtes arrivé à la radio?

AA: N’ayant pas eu la chance de poursuivre mes études, j’ai quitté l’école à ma troisième pour m’inscrire en menuiserie. Parallèlement, j’écoutais beaucoup la radio surtout le reggae et mon artiste préféré était Alpha Blondy. D’ailleurs, j’ai porté des dreadlocks pendant 13 ans. J’écoutais donc les différentes émissions sur le reggae et c’est ainsi que je me suis formé.

Une fois, j’ai participé à une émission reggae animée par Dj Max à Bobo. Au cours de l’émission, une auditrice a appelé et a dit: «Juste dire à l’animateur que son invité est un oiseau rare, il a une voix radiophonique». Je me suis dit, mais pourquoi ne pas essayer la radio. C’est ainsi que je me suis mis à écouter les radios internationales (Africa n°1, RFI) tout en essayant de faire comme eux. Un jour, je suis allé à la radio Horizon FM et j’ai fait cas de mon intention de devenir animateur. C’est ainsi que j’ai été pris comme animateur à la radio Horizon FM en 1996. En 6 mois de pratique, je suis devenu l’un des meilleurs et c’est parti pour une carrière pleine de tumultes et de succès.

LEF: Sur combien de radios êtes-vous passé?

AA: J’ai débuté ma carrière en 1996 et je suis passé par des radios comme Horizon FM Dédougou, Kaya et Ouagadougou, radio Energie Kaya, radio de l’Amitié de Ouahigouya, radio du Centre diocésain de Dédougou, radio Lotamo de Solenzo et enfin radio Oméga depuis 2015.

LEF: Quelle est la radio qui vous a le plus marqué?

AA: C’est la radio Horizon FM Ouaga qui m’a le plus marqué. « Le vieux loup » comme j’aime l’appeler Moustapha Thiombiano, m’a beaucoup apporté. Avec lui, c’était plus qu’une école, c’est un champ qu’il faut labourer et récolter. Je tiens mon pseudo Alain Alain de lui, un pseudo qui m’a permis de me vendre. J’avais bien d’autres pseudos, je m’appelais Yenzo en Bwamu. Mais un beau matin, il m’a dit: « Désormais, tu t’appelles Alain Alain ». C’est là que j’ai créé mon concept, «Boulvanka», qui a eu un énorme succès auprès des auditeurs. Moustapha, c’est quelqu’un d’extraordinaire; il suffit de le comprendre.

LEF: Mais pourquoi vous avez quitté la radio Horizon FM?

AA: J’étais fatigué car j’y ai consacré 10 à 11 ans de ma vie. Depuis que je travaille, je n’ai jamais eu de congé. Mon premier congé depuis que je travaille en radio, c’est à la radio Oméga. Donc, je voulais me reposer. J’ai un petit studio à la maison où je fais des pubs, des spots publicitaires, j’arrivais à gagner de petits marchés de gauche à droite. Mais je n’ai pas eu de problème avec Moustapha. Je pars souvent chez lui pour causer. Un jour, j’ai appris par l’intermédiaire de mes proches qu’on recrutait à la radio Oméga et je suis allé postuler et c’est ainsi que c’est parti et j’ai pris service le 15 janvier.

LEF: D’où Alain Alain tient son inspiration?

AA: Je tiens mon inspiration des vicissitudes de la vie, le train-train quotidien et même de mon vécu. Mon émission est une émission satirique. Je dénonce les tares de la société à travers l’humour, sans toutefois frustrer.

Je donne aussi des conseils sur la vie du foyer. Quand une femme se marie et qu’après cinq ans, 10 ans, elle n’a pas d’enfant, elle a tous les problèmes du monde. Il y a un couple qui était dans cette situation et la famille pensait que le problème venait de la femme. Un jour, après avoir écouté mon émission, l’homme accepta d’aller avec sa femme faire les examens qui ont montré que le problème venait de l’homme. Après quelques traitements, la femme tomba enceinte et accoucha d’une fille qui a été baptisée Aline.

LEF: Est-ce que la radio nourrit son homme?

AA: Maintenant oui. J’ai travaillé près d’une dizaine d’années sans salaire, mais j’arrivais à m’en sortir. L’homme de la radio se fabrique lui-même. Aujourd’hui, on peut dire que le journalisme nourrit son homme parce que, de nos jours, il y a une concurrence dans la presse et les patrons ont compris qu’il faut de la motivation pour un travail bien fait. Cela a permis de booster le train de vie du journaliste, de l’animateur sinon c’était de la pitié.

LEF: Avez-vous la sympathie de la gente féminine du fait de votre notoriété?

AA: Je me méfie beaucoup. J’ai vécu avec une femme pendant 16 ans, on a eu trois enfants et on s’est séparés. Aujourd’hui, je vis seul avec mes enfants. Mais je suis un peu prudent, parce que les gens disent que le second salaire du journaliste ou de l’animateur ce sont les femmes. Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas facile de me séduire.

Madina Belemviré, Hamadou Ouédraogo

Un commentaire

  1. Merci LESECHODUFASO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *