Accueil » Nè Wendé » Statut particulier? Il fallait aller dans le privé!

Statut particulier? Il fallait aller dans le privé!

La rencontre sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat débute demain. Le Premier ministre, Paul Kaka Thiéba, a invité les forces vives à y participer massivement. De l’autre côté, des syndicats ont déjà dit qu’ils n’y participeront pas sous prétexte que la rencontre doit rester entre eux et le gouvernement. Awaaa, Nè Wendé!

Mais voyons. S’ils pensent que les autres corps de la société ne peuvent pas participer aux assises sur la remise à plat des rémunérations de la Fonction publique, c’est parce que ce qu’ils veulent est indécent! Nè Wendé!

Souvenons-nous de l’origine de ce bras de fer qui fait jaser tout le monde: quand ils mangeaient en silence comme dans le conte, personne ne savait qu’il y avait autant à manger. Mais comme certains ont voulu manger comme la hyène, voilà que les oreilles se sont dressées et on a voulu en savoir davantage. Nè Wendé!

Mais le gouvernement est le fautif d’avoir, l’année dernière, dans des négociations clandestines, accordé des immoralités aux syndicats du MEF. Lorsque les journaleux, qu’on presse comme des citrons quand la situation est grave mais qu’on repousse quand les bouches sont pleines, ont voulu en savoir sur les termes de l’entente, ni le gouvernement ni les syndicats n’ont ouvert la bouche. Ils avaient scellé un pacte ‘’motus et bouche cousue’’. Nè Wendé!

Comme dans la fable sur le partage du butin, le gouvernement, que les syndicats ont bien rossé dans le noir, sort aujourd’hui affaibli et l’œil en beurre pour divulguer le secret. Les syndicats ont pris la grosse part et lui ont laissé un petit morceau. Voilà pourquoi il dénonce le forfait. Nè Wendé!

Le gouvernement a distribué des moyennes qui se sont révélées très proches du total et il tente de retrancher des points pour donner des moyennes ‘’catholiques’’. Nè Wendé!

Le Budget national n’est pas fait que pour payer des salaires! C’est pour investir en faveur de tous les Burkinabè, quelles que soient leurs origines, croyances ou ethnie. C’est le grenier de la famille burkinabè. Nè Wendé!

Le Budget est l’affaire de tous les citoyens, donc ils y ont un droit de regard. Chacun, à son niveau, apporte sa contribution à ce grenier familial. Il n’y a donc pas de raison qu’il y ait ceux qui se goinfrent matin-midi-soir et ceux qui doivent se contenter d’un seul repas. Nè Wendé!

Il n’y a pas ceux qui comptent les veaux et ceux qui se contentent de boire le lait. Comptons les veaux ensemble et buvons le lait ensemble. C’est cette gloutonnerie, cette gourmandise de toujours vouloir un peu plus d’ailleurs qui a été à l’origine des problèmes des agents de l’Economie, des Finances et du Développement. A trop vouloir gagner…! Nè Wendé!

Si ce n’est pas de la mauvaise foi, comment on peut refuser d’aller à des concertations sans même connaître le contenu de la mise à plat? Ce sont les salaires de tous ceux qui attendent fébrilement le ‘’viim koega’’ toutes les fins de mois dont il est question. Et pensez-vous que ceux qui vont aller à la table y seront pour laisser baisser les salaires? Il y a forcément des avantages qu’il va falloir raboter mais aussi des salaires qu’il va falloir augmenter. C’est ça la justice sociale. Nè Wendé!

Voyez comment ils font pitié ces temps-ci pour faire «j’ai l’honneur…» en sachant à peu près à quel salaire ils seront payés si par chance ils arrivent à être admis parmi la myriade de candidats. Savent-ils ce qu’on appelle fonds commun àen ce moment ? Mais une fois le pied dedans, ils vont se foutre de tout le monde. Nè Wendé!

Si l’on parle aujourd’hui d’une remise à plat, tous les syndicats ne peuvent se prévaloir de leurs propres turpitudes. Le Budget national n’est pas une mine d’or qui produit des lingots comme il tombe de l’eau quand il pleut. La morale dans cette histoire des syndicats, c’est qu’ils disent lutter ensemble mais ils sont égoïstes entre eux: certains tiennent à un statut qui les distingue des autres, pourtant de même profil. Ils auraient dû aller dans le privé. Là-bas, tous les statuts sont… particuliers. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *