Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Statut valorisant des enseignants: des enseignants «insurgés» créent leurs syndicats

Statut valorisant des enseignants: des enseignants «insurgés» créent leurs syndicats

L’accord trouvé entre le gouvernement et la Coordination nationale des syndicats de l’Education (CNSE) après deux années de lutte des enseignants ne fait pas l’unanimité au sein de la famille enseignante. Il a eu le mérite de diviser la famille, puisque des groupes d’enseignants ont créé, ces temps-ci, 02 syndicats pour se démarquer des autres.

Le SYNTEF dénonce dans ce statut la création d’un nouveau corps, celui des administrateurs des lycées et collèges qui vient en remplacement des conseillers d’administration scolaire et universitaire.

Le 29 mai 2019, au cours d’une conférence de presse organisée à Ouagadougou, le Syndicat national des travailleurs de l’éducation du Faso (SYNTEF) a été présenté au public. Pour ce nouveau syndicat, le statut valorisant autour duquel les discussions se sont menées ne présage pas de lendemains meilleurs ni pour les acteurs de l’éducation, ni pour les enfants.

Bernard Piga Sawadogo, secrétaire général du SYNTEF, informe que son syndicat se battra pour avoir un statut réellement valorisant qui n’arrange pas tous les enseignants. Il s’insurge contre la réduction de la durée de parcours dans la carrière qui sacrifie tout d’un coup la carrière de près de 40 000 instituteurs certifiés. C’est la raison pour laquelle, le SYNTEF regroupe exclusivement des instituteurs certifiés (IC) et des instituteurs adjoints certifiés (IAC) qui ne se reconnaissent pas les syndicat de l’éducation de base qui ont signé les accords avec le gouvernement sur le statut valorisant.

Le SYNTEF dénonce dans ce statut, la création d’un nouveau corps, celui des administrateurs des lycées et collèges qui vient en remplacement des conseillers d’administration scolaire et universitaire (CASU).

Le SYNTEF a profité de la conférence de presse pour exposer sa plateforme revendicative qui porte sur le reversement de tous les agents des catégories C et B respectivement en B1 et A3 sans condition d’âge ni d’examen, l’engagement du gouvernement à continuer le recrutement des élèves inspecteurs de l’enseignement du premier degré (IEPD) chaque année avec un nombre minimal de 200 pour éviter le blocage des carrières, l’augmentation des indemnités de logements pour les autres catégories C et B, la sécurisation des enseignants et leurs biens, la prise en charge des cursus scolaires des orphelins des collègues tombés suite au terrorisme, la création d’une indemnité compensatrice de préparation, la création d’une indemnité de risque pour tous les enseignants, l’octroi d’un trousseau pédagogique consistant à tout enseignant, l’amélioration des conditions de vie des enseignants retraités, la création des ordres des éducateurs de base et des encadreurs de l’éducation de base, etc.

Après le SYNTEF, un autre syndicat a vu le jour. Il s’agit du Syndicat national des instituteurs adjoints certifiés et certifiés du Burkina (SYNIACCB) qui a animé une conférence de presse le 1er juin 2019.

Le SYNIACCB entend promouvoir les langues nationales, lutter pour la revalorisation de la fonction enseignante

Selon Adama Dabilougou, secrétaire général du SYNIACCB, ce sont les supérieurs hiérarchiques qui bénéficient plus des avantages du statut valorisant. Par exemple, le corps des instituteurs principaux et des conseillers seront reversés directement en A1 après un examen. Par contre, les basses catégories comme les instituteurs adjoints certifiés et certifiés, ne sentiront pas les effets du statut valorisant, à part les indemnités spécifiques et les indemnités de logement.

Le SYNIACCB entend promouvoir les langues nationales, lutter pour la revalorisation de la fonction enseignante, etc. «Les IAC et les IC sont les plus nombreux dans l’enseignement mais depuis les années 60, ils n’avaient pas eu de syndicat. A chaque moment, ce sont les supérieurs hiérarchiques qui les défendaient», informe Adama Dabilougou, secrétaire général du SYNIACCB pour justifier la création de ce syndicat.

A.T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *