Accueil » Politique » Tergiversation autour de la désignation du site du nouveau CHU de Bobo-Dioulasso: les conseillers UPC veulent des explications «claires» du ministre de la Santé

Tergiversation autour de la désignation du site du nouveau CHU de Bobo-Dioulasso: les conseillers UPC veulent des explications «claires» du ministre de la Santé

Les conseillers municipaux de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de la ville de Bobo-Dioulasso ont animé un point de presse le vendredi 26 mai 2017 à Bobo-Dioulasso pour se prononcer sur la brouille qui défraie la chronique autour de la désignation du site du nouveau Centre hospitalier universitaire (CHU) de la ville.

Les principaux animateurs de la conférence de presse
Les principaux animateurs de la conférence de presse

C’est par l’historique du projet de construction de ce CHU qui remonte en 2013 que les conseillers municipaux de l’UPC/Bobo ont introduit leur point de presse qui consiste à prendre à témoin l’opinion publique des multiples tergiversations autour de ce projet.

Point par point, les animateurs de la conférence de presse ont détaillé les actions qui ont précédé la désignation en août 2016 du site situé au secteur 33 de Bobo-Dioulasso dans l’arrondissement n°04 par le Dr Smaïla Ouédraogo alors ministre de la Santé pour abriter le CHU. «En août 2016, le ministre de la Santé informait le maire de la commune de Bobo que le site n°02 situé au secteur 33 dans l’arrondissement n°04 a retenu son attention pour la mise en œuvre du projet», ont-ils précisé.

Cependant, indiquent-ils, «le 11 avril 2017, par une correspondance adressée au maire de la commune de Bobo-Dioulasso, l’actuel ministre de la Santé a suspendu le choix dit unique du site situé dans l’arrondissement n°04 au secteur 33». Toute chose que les conseillers municipaux UPC de Bobo ne comprennent pas. «Nous, conseillers municipaux UPC de Bobo indignés face à cette tergiversation, prenons l’opinion publique à témoin devant ce énième tâtonnement du régime en place pour la résolution des problèmes des communautés Bobolaises et ce, partant des Burkinabè dans leur ensemble», regrettent-ils.

Dr Koné Mohamed, président du groupe municipal UPC de Bobo qui a lu la déclaration liminaire des conseillers municipaux UPC
Dr Koné Mohamed, président du groupe municipal UPC de Bobo qui a lu la déclaration liminaire des conseillers municipaux UPC

Du reste, cette situation suscite des interrogations chez les conseillers municipaux UPC de Bobo qui voient en elle une fuite en avant du régime en place pour ne pas faire face aux besoins des populations. «Ces tergiversations ne sont-elles pas planifier à dessein pour divertir la population afin de cacher leur incapacité de mise en œuvre du projet? Ces tergiversations ne sont-elles pas une façon de déposséder une fois de plus la ville de Bobo-Dioulasso de son dû?», se demandent-ils.

«Soucieux» de l’amélioration des conditions de vie des populations, les conseillers municipaux UPC de Bobo exigent des explications «claires» du ministre de la Santé sur la suspension du processus en cours, interpellent le parti au pouvoir au niveau local et national à taire leur ego ainsi que la confrontation de leurs intérêts égoïstes au profit de l’intérêt général de la population et le gouvernement «qui est le premier détenteur de la terre» à prendre sa responsabilité en sonnant la fin de la récréation et à passer aux actes concrètes de la réalisation de cet hôpital en déterminant définitivement un site.

L’action des conseillers municipaux UPC selon eux, ne consiste pas à soutenir une quelconque personne mais à œuvrer pour l’intérêt supérieur des populations. «Nous ne prenons pas parti. Notre souci, c’est de voir le projet se concrétiser dans un bref délai pour le bonheur des populations de Bobo-Dioulasso», a indiqué le Dr Koné Mohamed, président du groupe municipal UPC de Bobo.

Cheik Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *