Accueil » Politique » Traditionnel point de presse du CFOP : la situation de la nation au fin peigne

Traditionnel point de presse du CFOP : la situation de la nation au fin peigne

L’Opposition politique a animé ce 26 février à son siège à Ouagadougou un point presse qui a porté sur la situation nationale. Il a été question pour l’opposition politique de donner son opinion sur la crise sécuritaire,  la fermeture de 1135 écoles, l’interview du Président du Faso, et le cinquantenaire du FESPACO.

D’entame, les conférenciers se sont réjouis de la victoire des forces de défense et de sécurité sur les terroristes au cours de récentes opérations  « l’opposition se réjouit de ces victoires de nos Forces de défense et de sécurité. Elle salue une fois de plus la bravoure, le patriotisme et la combativité de nos FDS, et leur renouvelle son indéfectible soutien ».C’est ce qu’a affirmé Alphonse-Marie Ouédraogo président de l’Union pour la Renaissance Démocratique Mouvement Sankariste URD/MS.

Par ailleurs l’opposition à décrié le chamboulement du système scolaire dans les zones où sévi le terrorisme, elle déplore la fermeture de 1 135 établissements scolaires. Mais l’opposition a tenu à féliciter le ministère de l’éducation nationale qui a annoncé qu’une stratégie a été élaborée, avec l’implication de tous les acteurs, pour la réouverture des écoles concernées, sans plus de détails cependant. Pour l’opposition, c’est leur cri de cœur qui a été entendu. Aussi l’opposition par la voix de M. Ouédraogo en complément de solution préconise : une restauration de l’Etat afin que ceux qui ont quitté leur poste rejoignent, un retour des populations déplacées et enfin un dialogue avec tous les acteurs dans chaque localité pour trouver des solutions adapter à chaque réalité.

M. Alphonse Marie Ouedraogo

Modérant ces propos jusque-là, M. Ouédraogo n’a pas pu contenir son mécontentement et son désarroi suite à la récente sortie médiatique du président Roch Marc Christian KABORE, lors d’une interview accordé à la Deutsche Welle un quotidien Allemand. Selon eux, Le Chef de l’Etat a  déclaré, que «  le Burkina Faso a bénéficié de la paix sociale pendant des années parce que, quelque part, nous avions un deal qui était là». Et c’est la pilule qui passe mal au niveau de l’opposition. Pour eux, il est indéniable que le président Roch « révèle qu’il y a des liens entre l’ex-président Blaise COMAPORE et des groupes terroristes qui endeuillent le Burkina Faso ». Il est donc demandé au président Roch de prouver ses propos et de dire quel rôle il a joué dans ce deal vu qu’il a été président du CDP, président de l’assemblée national sous Blaise Compaoré.

Pour terminer l’opposition s’est prononcé sur la biennale du cinéma Africain qui se tient du 23 février au 2 Mars à Ouagadougou. L’Opposition politique souhaite bonne chance à tous les candidats. Elle dit apporter son soutien aux trois cinéastes burkinabè nominés.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *