Accueil » Société » Travail: l’UAS descend dans la rue pour s’insurger contre les licenciements abusifs des travailleurs

Travail: l’UAS descend dans la rue pour s’insurger contre les licenciements abusifs des travailleurs

L’Unité d’action syndicale (UAS) a organisé samedi dernier une marche de protestation pour s’insurger contre des «licenciements abusifs» dans le monde du travail. Cette marche a été l’occasion pour elle, de remettre une lettre d’interpellation au directeur de Cabinet du ministre de la Fonction publique qui a promis de la transmettre à qui de droit.

L’UAS s’est insurgé contre les licenciements abusifs des travailleurs

«Depuis un certain temps, les licenciements abusifs de délégués du personnel, de délégués syndicaux et de travailleurs d’une façon générale, se font malgré les décisions de rejet de l’inspection du travail», a constaté le porte-parole de l’UAS, Georges Koanda Yamba.

Or, pour pouvoir licencier quelqu’un, il faut de l’avis de M. Yamba que l’inspection du travail émette un avis favorable. Pourtant dit-il, ce n’est pas ce qui se passe dans le monde du travail. En témoigne selon lui, le comportement de certains responsables d’entreprise qui «foulent au pied la législation du travail, tout simplement parce qu’ils veulent imposer leur dictat, leur loi».

Selon les statistiques de l’UAS, près de 150 délégués et 1500 travailleurs notamment des délégués de personnel et des délégués syndicaux ont été licenciés abusivement depuis 2004.

C’est fort de ce constat, que les militants de diverses structures syndicales regroupées au sein de l’UAS, ont sillonné certaines artères de la ville de Ouagadougou samedi matin pour lutter contre cette injustice criarde. Partis de la Bourse du travail, les marcheurs ont rejoint le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, en passant par l’avenue des Nations, le Rond-point des Nations unies et l’avenue du docteur Kwamé N’Krumah.

Ainsi, après avoir remis une lettre d’interpellation au directeur de Cabinet du ministre de la Fonction publique, Allahidi Diallo, les manifestants ont souhaité que le gouvernement prenne ses responsabilités en interpellant les différents chefs d’entreprise «au respect des textes qui règlementent le monde du travail».

Pour sa part, Allahidi Diallo a au nom du ministre en charge du Travail, rassuré que le message sera transmis immédiatement à qui de droit. Saisissant l’occasion, le directeur de Cabinet a rappelé aux manifestants que le ministre de la Fonction publique, comme à ses habitudes, est toujours ouvert au dialogue social entre tous les acteurs.

Il faut noter que des travailleurs d’un hôtel estimant avoir été licenciés de façon abusive ont rejoint les manifestants dans leur marche.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *