Accueil » Edito » Trump fait-il moins qu’un dictateur?

Trump fait-il moins qu’un dictateur?

Ce jeudi 21 décembre, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d’Israël. Avant le vote, le président américain, Donald Trump, avait menacé de représailles financières les pays qui voteraient contre. Malgré cela, sur les 193 membres de l’Assemblée générale, 128 ont voté pour, 9 contre et 35 se sont abstenus. Le Burkina Faso a voté pour, le Togo contre et le Bénin s’est abstenu. Belle leçon de démocratie et de liberté, s’il en est. Car chaque pays, en toute responsabilité, s’est exprimé. Malheureusement, ce vote vient montrer à la face du monde ce qu’est l’humanité aujourd’hui. Donald Trump avait déjà empêché le vote de cette résolution par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) en opposant le veto américain.

Donald Trump à la tribune de l’ONU (ph Ouest-France)

En voulant en imposer à toute la communauté internationale, les Etats-Unis de Donald Trump (la précision est nécessaire) sont en train de montrer la voie vers la désintégration de l’Organisation des Nations unies, née le 24 octobre 1945 sur les cendres de la Société des Nations qui n’avait pas pu empêcher la 2ème Guerre mondiale.

En effet, après les deux guerres qui ont causé beaucoup de dégâts à l’humanité, les Nations ont voulu construire un monde de paix durable. D’où l’idée de la création de l’ONU qui «est une organisation internationale regroupant, à quelques exceptions près, tous les États de la Terre. Distincte des États qui la composent, l’organisation a pour finalité la paix internationale. Ses objectifs sont de faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale. L’ONU est fondée en 1945 après la Seconde Guerre mondiale pour remplacer la Société des Nations, afin d’arrêter les guerres entre pays et de fournir une plate-forme de dialogue», peut-on lire sur Wikipédia.

En voulant donc imposer sa pensée au monde entier (dont des Américains également), Donald Trump est en train d’engager la planète dans une aventure terrible. Déjà, ses reformes concernant les Etats-Unis mêmes sont en train de creuser des fossés entre Américains. Donald Trump n’est pas un homme politique. C’est un richissime aventurier qui est parvenu à la tête des Etats-Unis et qui pense gérer le monde comme une de ses sociétés.

Il est en train de saper les fondements de la paix mondiale. Sa politique cavalière est une aventure périlleuse. En une année d’exercice du pouvoir, il a réussi à se mettre à dos beaucoup de pays: avec la Russie c’est une guerre froide qui ne dit pas son nom, avec l’Europe son ‘’alliée’’ traditionnelle rien n’est plus comme avant, avec les pays musulmans ce sont des piques presque quotidiennes et avec la Corée du Nord c’est encore plus fou. S’il met sa menace de représailles en pratique, il conduira inexorablement le monde vers une 3ème Guerre mondiale de laquelle l’humanité ne se relèvera plus jamais, de nombreux pays ayant acquis de puissantes armes de destruction massive. Personne ne peut encore jouer les gendarmes du monde seule.

En voulant imposer ses désidératas au monde, Trump fait-il moins que les dirigeants africains que l’on qualifie de dictateurs aujourd’hui? L’ambassadrice américaine aux Nations unies a parlé de «manque de respect» envers les USA de la part de ceux qui ont voté en faveur de cette résolution. On croyait les Etats-Unis les champions des libertés.

Les Echos du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *