Accueil » L’impertinent » un autre prix est possible

un autre prix est possible

Ici, c’est le  »kièmè-kièmè »

Avec la libéralisation en marche, chacun est libre de fixer ses prix. Plus question donc d’harmonisation des prix.

Pour ce qui concerne les boissons, un arrêté ministériel fixe les prix à ne pas dépasser. Mais les tenanciers des débits de boissons et les restaurateurs les aménagent en fonction de leur standing. La même bière qui est vendue en général à 650 F dans les bars peut grimper à 1000 F, lorsqu’un orchestre y joue. A chacun sa politique de marketing.

Ici, à Bobo, M. Dri a décidé, chaque samedi et dimanche, de vendre la bière à 500 F, au bonheur des nombreux disciples de Bacchus. A Ouagadougou, il y a des lieux connus pour la vente de la bière à 500 F. Là-bas, c’est le ‘’kièmè-kièmè’’, comme on dit en dioula.

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *