Accueil » Nè Wendé » Les uns mangent, les autres les regardent. Ainsi naissent les révolutions!

Les uns mangent, les autres les regardent. Ainsi naissent les révolutions!

Au début, tout se passait entre eux. A chaque fin de négociations avec les syndicats des Finances, le gouvernement sortait avec un œil enflé mais restait stoïque. Comme il ne disait jamais pourquoi, l’on croyait que c’est à force de frotter l’œil pour mieux voir les chiffres que l’œil se retrouvait au beurre noir. Nè Wendé!

Mais à force de trop tordre le bras du gouvernement dans son dos dans le noir et de lui donner des coups, il a fini par sortir de son endurance pour crier au secours et le peuple a entendu. Le problème s’est donc déporté dans la rue. La Coordination des syndicats des finances a tellement corsé le débat que sa culotte s’est déchirée et voilà que son cul est dehors et tout le monde crie qu’il pue. Nè Wendé!

Voilà une manifestation du trop c’est trop! A trop vouloir gagner, on perd tout! Même si les syndicats des Finances ne vont pas perdre leur fonds commun (on ne le souhaite pas d’ailleurs), ils ne vont plus rien gagner non plus dans les prochaines années. Ça au moins, c’est sûr! Nè Wendé!

Plus vous gagniez, plus vous montiez les enchères avec le gouvernement. Et comme l’appétit vient en mangeant, vous n’avez même pas pensé qu’en mangeant bruyamment, vous attiriez d’autres convives; surtout des intrus. Donc, la situation devient compliquée pour vous puisque des voix s’élèvent pour demander la suppression du fonds commun ou son étendue à tous les fonctionnaires. Nè Wendé!

Comme les douanes-bi n’ont pas été bien inspirés, ils se sont laissé embobiner par les ‘’financiers’’ et les ‘’impôsants’’. Si c’est pour motiver, les douaniers méritent plus le fonds commun car la traque du fraudeur est très périlleuse. Beaucoup de bérets noirs ont laissé la vie dans la brousse en poursuivant des contrebandiers. Mais on n’a jamais entendu qu’un agent des finances ou des impôts a été abattu parce qu’il traquait un contribuable. Nè Wendé!

Oui, vous le dites bien, l’Etat veut opposer les travailleurs entre eux. Ce n’est pas l’Etat qui le veut, c’est votre goinfrerie, votre gloutonnerie qui veut vous opposer aux autres. Chacun se dit éligible au fonds commun, puisque vous avez dévoyé l’origine du fonds commun et chaque fonctionnaire dit exécuter une mission spécifique. Nè Wendé!

D’une rétribution pour services exceptionnels de recouvrement rendus, vous êtes parvenus à vous faire octroyer un pactole. Qui plus est, vous ne payez pas d’impôts sur votre fonds commun. Les uns mangent, les autres regardent, ainsi naissent les révolutions. Si vous ne le saviez pas, sachez que c’est un slogan bien burkinabè. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *