Accueil » Gouvernance - Développement » Utilisation du gaz butane pour les taxis: jusqu’à fin mars pour se mettre en règle

Utilisation du gaz butane pour les taxis: jusqu’à fin mars pour se mettre en règle

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, et son collègue des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Souleymane Soulama, ont rencontré les conducteurs de taxis de la ville de Ouagadougou, ce samedi 27 février 2016. Les deux parties ont discuté des problèmes que rencontre le secteur.

C’est une forte délégation ministérielle qui s’est entretenus avec…
C’est une forte délégation ministérielle qui s’est entretenus avec…

Le secteur des taxis rencontre de nombreuses difficultés. Ainsi, c’est dans l’optique de trouver des solutions que le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, et celui des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Souleymane Soulama, se sont entretenus avec les conducteurs de taxis de la ville de Ouagadougou. Les deux membres du gouvernement étaient accompagnés de leurs collaborateurs à ces échanges.

…les conducteurs de taxis de Ouagadougou
…les conducteurs de taxis de Ouagadougou

Par la voix des 4 structures syndicales qui composent ce corps de métier, les taximen ont exposé les préoccupations qui sont les leurs. Il s’agit entre autres, du prix élevé du carburant, le renouvellement du parc automobile et des difficultés d’accès aux établissements financiers. En réponse, les ministres ont rassuré les taximen de l’accompagnement constant de leurs départements respectifs. Cependant, ils ont exhorté les taximen à s’unir, afin de permettre au gouvernement d’avoir un interlocuteur unique. «Si le monde des taximen est bien organisé, il peut être un accompagnateur fidèle de l’Etat central», a indiqué Simon Compaoré.

«Vous avez jusqu’à fin mars», Simon Compaoré
«Vous avez jusqu’à fin mars», Simon Compaoré

Ces explosifs qui circulent
La question de l’utilisation du gaz dans les taxis s’est aussi invitée aux échanges. En effet, de nombreux taximen ont installé des équipements permettant d’alimenter leurs véhicules à l’aide du gaz butane. C’est ce qu’a affirmé la délégation ministérielle. Selon elle, les équipements qui sont utilisés pour l’alimentation des taxis en gaz butane ne sont pas adaptés. De même, les personnes qui procèdent à leur installation ne sont pas homologuées.
Aux dires de Simon Compaoré, l’utilisation du gaz comme carburant constitue un danger aussi bien pour les conducteurs eux-mêmes, que pour les passagers et les autres usagers de la circulation. «Nous percevons les taxis qui circulent avec le butane comme des explosifs», a renchéri le Directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SONABHY), Gambetta Aboubakar Nacro.
Pour pallier cette situation, les conducteurs de taxis ont été invités à débarrasser leurs véhicules des bonbonnes de gaz butane. Pour ce faire, ils ont jusqu’à la fin du mois de mars pour se mettre en règle. Passé ce délai, Simon Compaoré et Souleymane Soulama ont promis de sévir. «Dans les semaines à venir, vous verrez une mobilisation de la Police national, de la Police municipale et de la Gendarmerie nationale pour faire cesser cet état des choses», a conclu le ministre en charge de l’Administration territoriale.
Nouroudine Lenoble Lougué (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *