Accueil » Logtoré » Vents, poussière, froid: la conduite à tenir pour éviter les infections

Vents, poussière, froid: la conduite à tenir pour éviter les infections

En ces temps de vent, de poussière et de froid, il est important de se prémunir contre les infections respiratoires. Car elles sont responsables de consultations, d’hospitalisations et même de décès surtout chez les enfants et les personnes du 3ème âge. Quelle conduite à tenir pour prévenir ces infections qui gâchent la vie?

Quand il fait mauvais temps, il faut prendre les précautions nécessaires pour éviter les infections

Lorsqu’on parle d’infections respiratoires aigües, il s’agit d’une manifestation inflammatoire d’un ou de plusieurs des organes de l’appareil respiratoire. Les signes d’IRA se manifestent dans les 7 jours après que la personne ait été contaminée par les germes qui sont disséminés par la poussière.

Habituellement, les signes de ces infections sont le nez qui coule, une fièvre qui s’estompe en quelques jours, une obstruction nasale avec parfois une respiration buccale, des éternuements, une toux, etc.

EN principe, selon les spécialistes de la santé, il s’agit d’une affection banale d’évolution simple qui ne nécessite pas habituellement d’antibiotique et dont l’évolution est spontanément favorable en une semaine. Cependant des complications peuvent survenir et atteindre ainsi les voies respiratoires basses et même occasionner la méningite par atteinte des méninges.

Les bronchites aigües (atteinte des bronches) se caractérisent par une toux associée à une expectoration, des difficultés respiratoires, des douleurs thoraciques, des sifflements pendant la respiration, des céphalées, des douleurs musculaires, un mal de gorge ou un rhume.

La conduite à tenir

Pour éviter des complications ou une surinfection, devant des signes d’IRA, il faut se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche en vue d’une prise en charge appropriée.

Mais avant tout, comme le dit l’adage, «il vaut mieux prévenir que guérir». Dans ce sens, il est important de réduire au maximum les risques de propagation des IRA. Pour cela, il est bon d’adopter et de respecter l’hygiène des mains et de se protéger contre les effets du vent et de la poussière. Dans ce sens, il est recommandé de prévenir l’assèchement des narines en utilisant par exemple le beurre de karité, de bien s’habiller et de bien se chausser contre la poussière, le vent et le froid, de porter des cache-nez, d’éviter de s’exposer au vent et à la poussière, de limiter les déplacements en temps de poussière. La santé est si précieuse qu’il convient de la protéger comme la prunelle des yeux.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *