Accueil » Politique » Vie de la nation: l’opposition politique fustige certaines décisions du parti au pouvoir

Vie de la nation: l’opposition politique fustige certaines décisions du parti au pouvoir

L’opposition politique dénonce une précampagne que le pouvoir actuel est en train d’orchestrer à la suite de la volonté de l’exécutif de vouloir tenir des Conseils des ministres tournants dans les treize régions du Burkina. C’était au cours d’un point de presse ce mardi 8 mai 2018 à son siège à Ouagadougou.

Le présidium lors de la conférence de presse du CFOP

«Ce point de presse doit être une nouvelle manière de communiquer avec vous parce qu’il nous a paru utile de répondre aux sollicitations de l’opinion publique et de la presse qui souhaitent plus de réactivité de l’opposition par rapport à l’actualité nationale au temps qu’elle se déroule», a déclaré à l’entame de son propos, le Chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, qui a co-animé la conférence avec ses camarades dont le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré.

Concernant le point de vue de l’opposition politique sur l’actualité, M. Diabré estime que «nous vivons dans un monde où les événements défilent et donc mettent une pression constante sur les leaders politiques qu’ils soient au pouvoir ou à l’opposition politique». Pour ce faire, lui et ses camarades proposent aux journalistes la création d’un club des journalistes du CFOP afin de proposer des sujets sur les questions brûlantes de l’actualité nationale et ainsi permettre au CFOP de réagir chaque semaine (les mardis notamment) sur ces questions.

Les cinq responsables de la trentaine de partis de l’opposition politique qui ont animé le point de presse ont abordé quelques sujets dont les Conseils des ministres itinérants, le déficit céréalier, la création d’une banque agricole, le mode d’adoption de la nouvelle Constitution, etc.

Sur la question de la création d’une banque agricole au Burkina, le CFOP dénonce un problème de transparence. En effet, l’opposition aurait appris que 70 personnes ont été choisies pour avoir des actions dans cette banque en gestation.

Sur la décentralisation du traditionnel Conseil des ministres, les conférenciers l’ont qualifié de «balade ministérielle».

Du mode d’adoption de la nouvelle Constitution, le CFOP est pour le référendum.

De façon générale, l’opposition estime que les décisions du pouvoir en place ne vont pas dans le sens de la résolution des problèmes des Burkinabè.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *