Accueil » Politique » Vœux de nouvel an à la NAFA: pour une nation stable et unie, « nous appelons le président du Faso à instaurer un dialogue franc sans ostracisme »

Vœux de nouvel an à la NAFA: pour une nation stable et unie, « nous appelons le président du Faso à instaurer un dialogue franc sans ostracisme »

Les militants et sympathisants de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA)  se sont une foi réunis, pour respecter la coutume à chaque début d’année depuis  sa création, dans la soirée du samedi 16 février 2019 à leur siège à Ouagadougou  pour une présentation des vœux  du nouvel an 2019.Au-delà  des vœux de  paix, de stabilité ,du pardon  ,de la justice et de la cohésion sociale, le bureau exécutif a ,pour cette occasion donner leur lecture de la situation nationale et d’attirer l’attention du pouvoir MPP  sur l’état de santé du général Djibrill  Bassolé, absent  depuis un certain temps du banc des accusés du procès du putsch pour des  raisons de santé.

le présidium lors du message de voeux

Comme à l’accoutumée, depuis sa création, les militants et sympathisants de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) étaient encore réuni cette année ,dans leur siège  au quartier 1200 logements ,dans la soirée du 16 février  2019, à Ouagadougou .l’Objectif de cette rencontre qui a réuni plus d’une cinquantaines ,venus des quatre coin du pays  était d’une part, de dresser le bilan de l’année écoulée et d’annoncer   les perspectives de  l’année à venir .Une occasion qui s’est vue sobre pour rendre hommage aux Forces de défense  et de sécurité , à laquelle  le bureau politique national a donné  sa lecture  sur la situation nationale au regard de l’atmosphère sécuritaire  qui prévaut au pays des hommes intègres.La NAFA se dit préoccupée par l’affaire de Yirgou qui, selon elle, constitue le premier test pour le gouvernement MPP, « s’il veut démontrer qu’il est vraiment contre l’impunité ». Pour  le président du parti, Pr Mamoudou Dicko  il souhaite  que les fautifs soient interpellés sans délais et traduits en justice.

Sur la question des associations d’auto-défense Koglwéogo mises en cause dans la crise de Yirgou, le parti retient qu’après avoir longuement inquiété les défenseurs des droits humains et troublé la cohésion des populations dans plusieurs régions du pays, elles sont devenues le problème numéro 1 du Burkina. Il s’interroge sur ce qu’il qualifie de « laxisme incroyable du pouvoir MPP » par rapport à cette question. « Depuis le début, en 2014, il se susurrait au Burkina Faso qu’il y a un deal politique entre le parti MPP et cette milice naissante », expose M. Dicko.

les militants et sympathisants venu des quatre coin pour la circonstance

Pour le cas de  leur leader politique, le général Djibrill Bassolé qui, absent depuis un certain temps au banc des accusés du  procès ,la NAFA  a interpellé le pouvoir en place pour que des bonnes mesures soit prises .Car les raisons de son absence au jugement, justifie-t-elle , « après une nième hospitalisation, le général Djibrill Bassolé a été admis à l’hôpital Blaise Compaoré pour d’autres maux . Il a été opéré et est dans un état relativement stable. Nous souhaitons qu’il recouvre sa liberté provisoire intégralement. Comme vous le savez, depuis, il est embrigadé par le pouvoir par un arrêté du ministre de la Défense, qui refuse qu’il jouisse de sa liberté provisoire à lui donner par le juge. S’il était en liberté provisoire, ça allait lui permettre d’avoir une meilleure mobilité ; parce qu’il est sexagénaire actuellement et à cet âge, ce n’est pas facile d’être privé de liberté. Depuis longtemps, les gens savaient qu’il avait un problème de santé. Nous attirons l’attention du pouvoir également, qu’il est responsable de tout ce qui va lui arriver en matière de privation de liberté ; parce qu’il bénéficie d’une liberté provisoire, mais pourquoi c’est à lui seul qu’on refuse. Jusqu’à ce qu’on l’amène à ne pas faire ses activités physiques à son domicile, ne serait-ce que jouer à la pétanque. Peut-être que s’il exerçait ses activités physiques, son état de santé s’améliorerait. Mais il est resté cloitré et c’est probablement l’une des causes de la détérioration de son état de santé ».

ET pour sauver le pays à l’unisson,la NAFA appelle le peuple burkinabè à  s’y mettre au travailler.Car pour le président Dicko, aucun développement socio-économique n’est possible dans la haine, la division, l’inimité et la vengeance. « L’exclusion et le copinage politiques prônés depuis la transition, doivent maintenant faire place à l’union, la paix et la cohésion sociale, piliers indispensables pour le développement socio-économique et la paix dans notre pays » a conclu le Pr Dicko tout en appelant le président du Faso à instaurer avec courage et abnégation, un dialogue franc sans ostracisme avec toutes les forces vives du pays pour une nation stable, prospère et unie.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *