Accueil » Politique » Vœux de nouvel An de Me Gilbert Noël Ouédraogo sur fond de critiques et de recommandations

Vœux de nouvel An de Me Gilbert Noël Ouédraogo sur fond de critiques et de recommandations

A l’occasion de la nouvelle année, Me Gilbert Noël Ouédraogo a exprimé ses vœux de nouvel An au peuple burkinabè. C’est au siège du parti de l’éléphant à Ouagadougou, le 31 décembre 2018, que le président de l’ADF/RDA a rencontré la presse pour l’expression de ses vœux à la nation. De nombreux vœux pour l’année 2019, mais aussi une introspection de l’année 2018. Un examen qui fut une occasion pour le président d’émettre des critiques sur la gouvernance de la nation tout en faisant des recommandations.

Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA

«Je voudrais, pour cette nouvelle année 2019, présenter mes vœux de paix, de cohésion, de sécurité et de plein épanouissement à tous les Burkinabè», a souhaité Me Gilbert Noël Ouédraogo. Mais, celui-ci estime qu’il ne peut présenter ses vœux de cette année 2019 sans faire une introspection. Cela a donc été le lieu pour lui de rappeler que l’année 2018 a été vraiment éprouvante pour le Burkina Faso. D’où son interpellation à l’endroit du président du Faso: «sur le plan sécuritaire, le Burkina Faso a été mis à rude épreuve pendant l’année 2018 et personnellement je voudrais interpeler le chef de l’Etat à assumer ses responsabilités et à prendre des mesures idoines pour pouvoir sécuriser le pays, car aujourd’hui le peuple burkinabè pleure ces fils». Il a renchéri: «Nous sommes tous dans une situation ou l’exaspération est le sentiment le mieux partagé».

Par ailleurs, Me Ouédraogo propose comme solution de consulter toute les forces vives de la nation afin de prendre en compte les propositions de tout un chacun: «il faut que chaque groupe puisse donner sa lecture de la situation et proposer des solutions. Ainsi, de ces différentes consultations, le chef de l’Etat pourrait prendre des mesures qui engagent et rassemblent toute la nation burkinabè autour de cette lutte», a-t-il indiqué.

Sur le plan économique, Me Gilbert Ouédraogo note également que 2018 fut une année éprouvante pour le peuple burkinabè. Il cite en exemple la ressente hausse du prix du carburant à 75 F CFA sur le litre. Une augmentation jugée exorbitante selon lui. Il prévient donc que cette situation n’est pas un bon présage pour le Burkina et ce d’autant plus qu’en l’année 2019 il y aura une augmentation des taxes. Il est aussi revenu sur les manquements liés à la politique de la gratuité des soins, à la réconciliation nationale, à la menace terroriste et la fermeture de certaines écoles. Pour lui, la situation pourrait être pire dans les années à venir si rien n’est fait.

Cependant, le président de l’ADF/RDA espère que 2019 sera une année où des réponses à toutes ces situations seront apportées. Pour cela, il croit que nous devons tous nous impliquer pour y arriver: «nous avons besoin de nous réconcilier ensemble pour faire front. Nous sommes tous des Burkinabè et personne ne doit être exclu», a-t-il déclaré. Pour l’heure, son souhait, dit-t-il c’est: «beaucoup de paix pour notre pays le Burkina Faso, que nous puissions retrouver ce havre de paix et de stabilité qu’était notre pays, que nous puissions avoir de meilleures conditions de vie en 2019.

Sur le plan politique, je souhaite que l’année 2019 soit une année où les hommes politiques vont se montrer sous un autre jour, où les hommes politiques seront plus à l’écoute du peuple Burkinabè».

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *