Accueil » Edito » Pourquoi Yacouba Isaac Zida en veut-il au Président Roch Marc Christian Kaboré?

Pourquoi Yacouba Isaac Zida en veut-il au Président Roch Marc Christian Kaboré?

Yacouba Isaac Zida, Premier ministre sous la Transition, en veut au Président Roch Marc Christian Kaboré. Dans les extraits du livre intitulé «Je sais qui je suis» qu’il vient de publier, il s’en prend au Président du Faso, estimant qu’il «n’est pas à la hauteur de la fonction de Président». Un livre qui sonne comme une dent contre l’actuel locataire de Kosyam.

Yacouba Isaac Zida livre ses  »mémoires en défense » dans un livre depuis son exil canadien

Yacouba Isaac Zida devrait avoir honte d’utiliser l’image de la mobilisation des Burkinabè le 30 octobre 2014 comme image de couverture de son livre. C’est cette grande mobilisation qui a effrayé Blaise Compaoré pour qu’il abandonne le pouvoir. En octobre 2014, Zida était le chef de corps adjoint du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Selon les données publiées par le Mouvement burkinabè des Droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), 34 personnes ont été tuées lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 sur l’ensemble du territoire national dont 21 à Ouagadougou. 7 personnes sur les 21 sont tombées sous les balles du RSP.

Quelle était la responsabilité de Yacouba Isaac Zida dans ces tueries?

Le 27 octobre 2014, le ministre de la Sécurité de l’époque, Jérôme Bougouma, met en place une cellule de crise pour gérer les manifestations qui s’annonçaient. La police, la gendarmerie et le RSP se sont repartis les zones pour sécuriser Ouagadougou. Le dispositif du RSP avait à sa tête le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. Il a pris position au centre-ville, dans la zone du rond-point des Nations unies et de l’hôtel Azalaï.

Le RSP était au niveau de l’échangeur route de Pô, dans la zone de l’hôtel Laïco, au rond-point de la télévision BF1, au domicile de François Compaoré, à la Radio nationale, la télévision nationale et au «Conseil». Une personne a trouvé la mort vers le domicile de François Compaoré. Quatre personnes ont été tuées dans la zone de l’hôtel Laïco. Une autre personne a été tuée dans la zone de Boins-yaaré et 2 morts ont été enregistrées à la télévision nationale. De nombreux blessés ont aussi été dénombrés sur ces lieux gardés par le RSP. La responsabilité du RSP est donc entièrement engagée dans ces tueries.

Yacouba Isaac Zida et ses hommes ont tenté d’empêcher la mobilisation des manifestants ce jour. Utiliser cette image est donc une injure à la mémoire des personnes tuées.

Cet écrivain occasionnel n’est qu’un revanchard. Il a une soif effrénée du pouvoir qu’il voit s’éloigner de lui. Il profite de la situation nationale pour semer le doute dans la tête des citoyens et au moment où se tient le procès du coup d’Etat.

On se rappelle que le 31 octobre 2014, Le général Gilbert Diendéré, à travers le Colonel-Major Boureima Kiéré, chef du corps du RSP, avait envoyé Yacouba Isaac Zida, son adjoint, pour participer aux négociations entre les chefs militaires. Quelque temps après, Boureima Kiéré aperçoit avec étonnement Yacouba Isaac Zida à la télévision comme étant le nouveau président du Faso. Zida, le lieutenant-colonel, s’est imposé aux hauts gradés dont les généraux de l’Armée nationale parce qu’il est du RSP.

Mais la détermination des Burkinabè, appuyés par les partenaires étrangers, ont contraint Zida à abandonner la présidence à Kosyam pour déménager à Koulouba. Il sera relégué au poste de Premier ministre. Mais tout le monde sait que c’est lui qui était la tête pensante du pouvoir sous la Transition. Les Burkinabè n’étaient pas d’accord avec la présence de ce RSP dans les sphères du pouvoir mais ils l’ont tolérée pour que le pays ne connaisse pas une crise.

Mais Zida avait son plan. Il a réussi à faire réviser la loi sur le statut des forces armées et se faire bombarder général de division à la fin de la Transition. Une Transition qu’il a voulu prolonger après le coup d’Etat manqué. Une fois de plus, les Burkinabè et les amis de l’extérieur ont refusé cette prolongation en exigeant que les élections de tiennent dans un meilleur délai. Une situation que Zida n’a pas digérée.

Roch Marc Christian Kabore s’est présenté à une élection et a été choisi dès le premier tour par les citoyens. Roch a voulu le pouvoir certes mais il l’a gagné par les voies démocratiques. Il n’est peut-être pas à la hauteur de la fonction, mais il y est par la volonté du peuple. Il n’a pas joué les opportunistes. Son principal challenger, Zéphirin Diabré, a reconnu sa défaite et est allé le féliciter avant la proclamation des résultats.

Après son élection, s’étant rendu compte des combines de Zida, il a refusé sa nomination au poste d’ambassadeur du Burkina aux Etats-Unis. Quoi de plus logique. Il est le nouveau président, il lui appartient de nommer ses hommes. Un coup dur pour Zida qui se réfugie aux Etats-Unis puis au Canada. Sous Roch, Zida perd ses galons de général.

En publiant ce livre, Zida ne peut convaincre personne qu’il n’en veut pas personnellement au président Kaboré; et à ses anciens camarades. Finalement, l’opinion sait également qui est Yacouba Isaac Zida: un revanchard.

Les Echos du Faso

13 commentaires

  1. Mr zida laissez le pays en paix.vous etes un revenchard et on vous emmerde!tôt ou tard vois allez payer.tu es un lâche.il fallait rester au pays.tu as fuis pour aller te cacher et raconter ta vie dans un livre.la justice divine vous attend tous!

  2. Peu importe qu’il soit revanchard ou pas, l’histoire retiendra qu’il a fallu le courage de ce Monsieur pour que le Burkina sorte de la crise qu’on a vécu. S’il avait la soif du pouvoir, il aurait pu s’entêter à rester malgré la pression des partenaires étrangers. Egalement, il ne suffit pas d’être Zida pour reconnaître que notre Président n’est pas à la hauteur de sa fonction. Zida en est même un exemple. Le président dit avoir lancé un mandat d’arrêt international contre lui et jusqu’à présent Zida continue de vivre au canada sans être inquiété. La preuve donc que le président n’est pas à la hauteur de sa fonction.

    • Toi qui trouves que Rock n’est pas à la hauteur pour gouverner le pays où étais tu quand les honnêtes citoyens disposaient les candidatures,et qu’attends tu pour rejoindre Zida ou Blaise ,on en a marre de vos histoires ,même s’il n’est pas à la hauteur il est là si t’es fâché tu peus quitter le pays comme Blaise et Zida

  3. Au moins lui il a montré son courage sa patriotisme pour oser se lever contre le RSP afin qu’il soit dissous pour que vous pussiez venir gouverner en paix en accusant sans cesse les autres sans rien faire. Beaucoup des œuvres que la transition a commencé a notre grande surprise c’est devenue les réalisations du PENDS comme si c’était derrière nous que ces choses se sont faites. Je suis écœuré si tous les jours à la radio ce sont des accusations gratuites qui se profèrent. Zida est si Blaise est ça c’est le CDP qui fait ceci on an a marre travailler au lieu de nourrir la vie. Tout est politisé alors que dans vos parole vous dite être mieux. Il y aura une jeune génération de politicien qui vous dégagera ne soyez pas pressé ça arrive!

  4. votre analyse n’est pas objective,c’est un titre pompeux mais le contenu est trop mis maigre,vous n’avez pas d’arguments contre ZIDA mais vous étalez votre rage contre un digne fils du Burkina Faso;

  5. Je demande a tous de mettre balle a terre.c’est pas le moment de nous chamailler.faisons front contre notre ennemi commun.Nous nous expliquerons ensuite, sur de nous comprendre car tous fiĺles et fils de ce pays que aimons tant.

  6. Je n’admire vraiment pas cette manière d’aborder le sujet ZIDA par le journal.

  7. Quand un médias en ligne de renommée se rabaisse ,tombe aussi bas en analysant subjectivement je pense que votre crédibilité est en jeu.

  8. Si le ridicule tuait ! Votre écrit traduit une haine viscérale contre Zida jusqu’à vous affirmez que Rock a été élu au premier tour. Le Burkina mettra du temps et de l’énergie pour avoir encore des dirigeants comme Michel Kafando, Yacouba Isaac Zida et leur équipe.

  9. Mon dieu, les journalistes alimentaires!!!!! Non, monsieur, je ne suis pas Burkinabè, mais je me souviens que Kaboré et Diabré ont croisé les fers au second tour. Personne n’avait été élu au premier tour.

  10. Bonjour ! L’analyse de cet article me semble très partial. Le livre de ZIDA arrive à point nommé. Dès la fin de la transition, il a conclu un accord avec les nouveaux arrivants du pouvoir, mais ceux-ci avaient un agenda caché. Ils se sont donc mis à « massacrer » la transition, comme pour mieux s’installer. Ils ont écrit beaucoup de choses sur ZIDA, sans que nous ne sachions si c’est la vérité ou pas. Quand on connait qui était Salif DIALLO, est naïf qui peut croire à ce qu’il dit. C’est donc une bonne bouffée d’oxygène que d’avoir un document écrit de ZIDA pour nous permettre de mettre en perspective tout ce qui a été écrit sur la transition. Nous avons donc un document contradictoire de ce que le MPP a raconté sur la transition. A chacun d’en tirer les conclusions. je me garderai donc de dire que ZIDA est un revanchard. Revanchard sur qui ? Pourquoi ? Dans son livre, il a fait des affirmations claires. S’il n’était pas sûr de lui, il n’allait pas le mettre dans un document, puisque sachant que la contradiction sera vite faite.
    Maintenant, donnons nous le temps de bien ingurgiter le livre, les mis en cause se déclareront et apporteront des démentis qui seront aussi démentis et c’est de cette contradiction que jaillira la lumière. Bravo à ZIDA, qui, pour une fois, ose mettre dans un document bien pensé tout ce qu’il a fait pendant la transition. Je garde à l’esprit qu’il a tenté de se « bonifier » et que tout n’est pas rose. mais, déjà, quelque chose est faite. L’article, pour moi, fait partie des articles « sensationnels » sans substance réflexive.

  11. Félicitations au journaliste qui a fait cette belle analyse qui répond à mes préoccupations : qui est réellement Zida. Je n’ai un penchant pour personne, mais restons dans la recherche de la vérité. Construisons notre cher Pays en ouvrant notre coeur et notre intelligence. Rappelons nous que tout ce que nous faisons aujourd’hui doit concourir au bien des générations futures. Si nous sommes barbares dans nos propos, alors nous ne sommes pas un bon exemple pour nos petits frères et pour nos enfants. Que Dieu bénisse notre cher Pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *