Accueil » Déclarations-Communiqués » 15 octobre 2019: 32e anniversaire de l’assassinat du leader charismatique de la révolution d’août 1983

15 octobre 2019: 32e anniversaire de l’assassinat du leader charismatique de la révolution d’août 1983

Ceci est une déclaration de l’Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR) à l’occasion du 32e anniversaire  de l’assassinat du président Thomas SANKARA.

 

Peuple du Burkina

Militantes et militants de l’Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR)

Chers camarades

Voilà trente-deux ans que le peuple burkinabè connaissait l’assassinat du leader charismatique de la révolution d’août 1983 devenu une idole de la jeunesse africaine, voire mondiale. Tant d’années après l’un des plus horribles crimes politiques  depuis l’indépendance formelle de notre pays jusqu’au 15 octobre 1987 (13 morts commandités à l’occasion d’un coup d’Etat traitreusement organisé) l’histoire montre que les bourreaux réactionnaires du héros SANKARA ont exécuté l’ordre d’un maître qui voyait en l’homme le rempart de la lutte anti-impérialiste en Afrique. Ces guignols négateurs de l’histoire ont par la suite renforcé les bases de leur basse besogne par la restauration d’un système néocolonial à travers la mise en place et le renforcement de la corruption, du pillage des richesses de notre pays, de la grande paupérisation des masses, de l’instrumentalisation de la justice qui est désormais un moyen de répression entre les mains des riches. Ce type d’assassinat qui n’est pas une première en Afrique et qui rappelle ceux de LUMUMBA et de CABRAL constitue la preuve que l’Afrique, pour enfin se développer, doit désormais surveiller ses relations et revenir aux valeurs ancestrales de respect du sacré dans lequel on retrouve la vie, l’amitié, la parole donnée, etc.

Camarades

Notre peuple souffre aujourd’hui d’attaques terroristes barbares inimaginables sous le leadership d’un homme de la trempe de Thomas SANKARA car ce dernier a accepté de disparaître physiquement pour vivre éternellement dans les cœurs et dans les esprits des hommes. Dès lors qu’on a eu l’outrecuidance de liquider une telle personne, c’est que le dessein qui a sous-tendu l’acte était sombre. Et ceux qui l’ont fait ne pouvaient qu’exercer une gouvernance aux antipodes des valeurs incarnées par l’homme. Ainsi,  beaucoup de Burkinabè ont été socialement, économiquement et même politiquement exclus pendant au moins un quart de siècle parce que diabolisés par les puissants du moment qui répugnaient à entendre prononcer le nom de Thomas SANKARA. C’est pourquoi certains des leurs présentement aux commandes  échouent  chaque fois qu’ils ont utilisé ce nom pour leurs propagandes politiques puisqu’on trouve toujours que c’est uniquement dans ce cadre qu’ils parlent de SANKARA cependant que sa politique ne les intéresse point. Sinon il est difficile de comprendre que pendant que notre pays connaît quotidiennement des morts liés aux attaques, des politiciens parcourent les campagnes et écument la cité de tapages médiatiques pour demander qu’on leur accorde des voix aux prochaines élections du reste incertaines.

Peuple du Burkina

Chers camarades

Il ne faut pas se voiler la face et croire que notre pays se sortira de la situation actuelle avec les mêmes dirigeants et les mêmes têtes de la classe politique, qui sont connus pour leur dévouement concernant leurs propres intérêts alors qu’ils prétendent lutter pour le peuple. La « somalisation » ou dans une moindre mesure la « malinisation » du pays ne les préoccupe guère et c’est pour cela qu’il faut revenir aux idéaux défendus par le président Thomas SANKARA jusqu’à son dernier souffle. Il faut donc des révolutionnaires sincères à l’instar de SANKARA à la tête de l’Etat pour sauver notre patrie. En dehors du sacrifice de soi pour le peuple, il n’y a que des illusions et les probables solutions resteront toujours vaines. Pour demander à ceux qui se battent pour l’amélioration de leurs conditions d’être patriotes, il faut l’être d’abord soi-même ; et être patriote, c’est accepter qu’on peut perdre le pouvoir ou qu’on peut renoncer au pouvoir dans l’intérêt général. C’est bien d’inciter  les populations de s’organiser pour résister aux terroristes (encore que cet appel se fait de façon sectaire) mais c’est mieux de donner un exemple de bonne foi. Tant que des ambitieux voudront bâtir des empires au détriment de la patrie, il va sans dire que le chaos non souhaité est inéluctable.

Peuple du Burkina

Chers camarades

Nous devons tourner le dos à tous les marchands d’illusions,  regarder vers l’avenir en projetant un  Burkina débarrassé des politiciens voraces, restaurer la révolution et accepter de nous sacrifier comme SANKARA pour vaincre l’impérialisme et le terrorisme. C’est à ce prix et seulement à ce prix que nous aurons notre indépendance et notre liberté sinon des générations seront sacrifiées comme on le constate en Somalie et bientôt au Mali.

Non aux usurpateurs du nom et de l’héritage de SANKARA !

Non à l’impérialisme et à ses valets locaux !

Non à la recolonisation de l’Afrique !

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

ADR= Intégrité – Détermination – Victoire

Ouagadougou, 15 octobre 2019

Pour le présidium suprême de la révolution

Le premier membre, Boucolou SENI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *