Accueil » Politique » Élections municipales: un scrutin jugé «assez satisfaisant» par la Codel

Élections municipales: un scrutin jugé «assez satisfaisant» par la Codel

La Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a animé une conférence de presse dans la soirée du lundi 23 mai 2016 à Ouagadougou pour faire le bilan des élections du 22 mai dernier. Un bilan jugé «assez satisfaisant» par la majorité des observateurs déployés à cet effet.

Pour Me Halidou Ouédraogo, le scrutin est jugé assez satisfaisant
Pour Me Halidou Ouédraogo, le scrutin est jugé assez satisfaisant

«Le scrutin est jugé assez satisfaisant par nos observateurs dans 97% des bureaux de vote», a fait remarquer au cours d’une conférence de presse, le président de la Codel, Me Halidou Ouédraogo 24h après le déroulement des élections municipales. En effet, ce sont au total 1056 observateurs et observatrices que la Codel a déployé sur l’ensemble du territoire national pour suivre l’évolution des élections municipales du 22 mai 2016. De ces observations, la Codel a noté des points de satisfaction.

Pour Me Halidou Ouédraogo, il y a eu une amorce d’actions de fair-play entre candidats ayant contribué d’une certaine manière à décrisper les tensions potentielles ou réelles. Egalement, la Codel s’est réjouie du fait que 92% des bureaux de vote ont été sécurisés par les forces de l’ordre à partir de 6h00. «La bonne réactivité des forces de sécurité dans les zones ou des tensions se sont manifestées a permis de juguler des risques de débordements», a dit M.Ouédraogo. Un autre point relevé par les observateurs de la Codel reste la participation des femmes au scrutin où on a enregistré 57.767 candidatures féminines, soit 36,86% de femmes contre 98.926 hommes, soit 63,13 %. Néanmoins, même si le quota de 30% de la présence de l’autre genre, édicté par le code électoral a été respecté, la Codel a souligné qu’une analyse plus fine montre que les femmes ne sont pas toujours favorablement situées sur les listes de candidature, se retrouvant le plus souvent en bas de la liste, dans un scrutin majoritaire ou les têtes de liste ont plus de chance de passer.

La fermeture des bureaux de vote et le dépouillement des bulletins de vote a satisfait aussi la Codel. En ce qui concerne la fermeture des bureaux de vote, explique le président de la Codel, Me Halidou Ouédraogo, 93% ont fermé à 18h00, 6% avant 18h00 et 1% après 18h00. «Jusqu’à 18h00, il existait des files d’attente dans 8% des bureaux de vote et les électeurs ont été autorisés à voter dans 74% de ces cas», a noté Me Ouédraogo.

Pour le cas précis du dépouillement des bulletins de vote, le président de la Codel a fait savoir qu’il s’est passé régulièrement sans incidents dans 80% des bureaux.

Toutefois, des incidents majeurs ont été relevés par les observateurs. Il s’agit du manque d’affichage des électeurs. «La liste des électeurs était affichée dans seulement 29% des bureaux de vote. Une tendance similaire était constatée lors des élections de novembre 2015», a indiqué Halidou Ouédraogo. Aussi, un cas de manquement de principe d’indépendance et de neutralité d’un assesseur a été malheureusement enregistré dans la province de la Kossi (région de la Boucle du Mouhoun) selon le président de la Codel. «Ignorant que l’observateur de la CODEL comprenait la langue locale, l’assesseur a été pris en flagrant délit d’influence des électeurs pour orienter leurs choix, au moment de la remise du bulletin de vote», a-t-il regretté.

Somme toute, d’une façon globale, Halidou Ouédraogo a soutenu que 62% des observateurs ont trouvé que le processus était satisfaisant, 20% très satisfaisant et 15% assez satisfaisant. Seuls 3% des observateurs de son avis ont estimé que le processus n’était pas très satisfaisant.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *