Accueil » Société » Perte des valeurs? Faute à l’autorité perdue du père

Perte des valeurs? Faute à l’autorité perdue du père

Aujourd’hui au Faso, les préoccupations de sécurité existe: banditisme, criminalité, débauche, incivisme, irrespect de la loi… Quelles sont les causes de cette recrudescence de violence et de non-respect?

La famille doit être au coeur de l'éducation des enfants. Et les parents sont irremplaçables
La famille doit être au coeur de l’éducation des enfants. Et les parents sont irremplaçables

« L’homme est un nain sur les épaules d’un géant. » Disait Saint Thomas d’Aquin. La perte de valeurs dans notre société démocratique tient sa clef de voûte et sa cause dans la perte de la place du père dont l’autorité était auparavant irréfutable. Ceci engendre inéluctablement l’irrespect de la hiérarchie: les règles, la loi, les forces publiques… La déliquescence des valeurs est superficiellement résolue par l’État par le biais des réformes et des lois. Ce qui ne remplacera jamais le père.

En effet, un bateau qui coule n’est pas sauvé en vidant son eau mais en bouchant les trous. Un problème ne se règle qu’en le prenant à sa source. La multiplication des lois, le durcissement des peines… sont vains car il faut s’attaquer à la source de la déliquescence sociale: la déchéance de la place de l’autorité du père au sein du foyer familial.

Trop copains ou trop maternels, absents ou défaillants, les pères ont, depuis plusieurs décennies, du mal à incarner l’autorité. C’est l’affaiblissement du père dans notre société et ses graves conséquences sur la construction de l’enfant ainsi que sur le devenir de notre société. Pas de père, pas de civilisation, pourrait-on résumer. C’est pourquoi, il est urgent que les pères reconquièrent leur place d’antan.

La montée en puissance de ce que l’on appelle «les incivilités», la justice qui n’inspire plus de respect, les professeurs chahutés, les policiers agressés… les consignes des autorités remises en cause, tout cela traduit un rejet symptomatique de toutes les formes d’autorité. Autorité qui était autrefois représentée dans la cellule familiale par l’homme et incarnée dans la société par l’école, la justice et la police. Une société se construit à partir du père, c’est lui qui dit le permis et l’interdit, c’est lui qui met des limites. Or, il a partiellement perdu sa fonction de représentant de la loi.

Cette situation s’explique par le fait que l’autorité ne vient plus d’en haut, tout le monde est au même niveau. La différenciation entre les générations est de plus en plus floue. Pourtant, un enfant a besoin, pour se construire, de fantasmer son père comme solide et puissant. Ce qui manque cruellement aujourd’hui. Ce qui est en vogue, c’est la promotion du «papa-copain». Pères, retrouvez votre autorité pour le bien de vos enfants et de notre société.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.